lundi 17 mai 2010

Venise dans tous mes états ... Episode N° 9























Les rats !

La première fois que je fis connaissance avec un rat à Venise, ce fut derrière la Fenice.

Je l’avais aperçu grimpant sur le pont, énorme, juste à mes pieds. J’ai eu bien peur, mais je suis restée à le regarder presque dans les yeux… De loin.

J’étais allée faire une balade du côté de Santa Maria del Giglio, j’adore déchiffrer sa belle façade, pleine de cartes et d’allégories, et je voulais photographier la belle boutique de Bevilacqua, le grand passementier de Venise. J’ai acheté chez lui, des pompons de soie, de perles, de coton, j’ai mélangé mes doigts à toutes ces matières précieuses.


On était au soir, il n’y avait personne dans coin-là. L’eau, le soleil du soir qui mettait de l’émeraude dans tous les ri, le lieu désert, le dos de la Fenice avec sa belle marquise de verre qui doit protéger tous les beaux décors et costumes qui rentrent et qui sortent, tout, tout invitait à la photographie et au calme.

Le rat ne bougeait pas, moi non plus, à la fin nous sommes partis chacun de notre côté.

Un autre jour, j’ai trouvé un autre rat derrière l’église Santa Maria dei Carmini, sur un mur, dessiné au pochoir, tout noir. Au pied du mur de l’église, là où les gens ont l’habitude de déposer leurs ordures, malgré la défense qui en est faite.










Le mariage continuait entre les déchets et les rats, j’étais impressionnée et pensive. Je me suis dit, tiens, comme c’est violent ce pochoir, même sur le mur le rat restait redoutable pour moi. Comment quelqu’un avait pu avoir l’idée d’apposer un tel pochoir sur les murs de la ville, ce rat par lequel Venise avait failli périr plus d’une fois. J’ai pris la photo… Mais je ne l’ai pas gardée, pourquoi ? Je pouvais difficilement envoyer ce souvenir à mes amis, en revenant de Venise.

Aujourd’hui, je n’ai plus de trace de ces rats, je vais refaire leurs portraits cet été. Plus loin encore, derrière un pont, sur le même parcours, un autre rat, au pochoir, j’ai pris la photo. Mais je ne l’ai pas gardée, pourquoi ? Je pouvais...…

Je me suis dit, tiens, quel jeu de piste lugubre… Suivons-le… Je regardais partout, et je ne me rappelle plus en avoir vu un autre… Maintenant que je vous en parle… Je vais chercher.

8 commentaires:

norma c a dit…

Je n'ai jamais "rencontré" de rats à Venise, à croire que les chats font bien leur travail dans les endroits où je vais...

Danielle a dit…

Vous pensez bien chère Norma que j'étais pétrifiée de peur...

et les chat font bien leur travail...

A tout bientôt.

JMV a dit…

Parce que vous y retournez encore cet été!!! Hé bien y'en a vraiment qui sont moulus!

JMV a dit…

Mais c'est une bonne idée ce jeu de piste! Moi où je vais en vacances, y'a pas de rats, c'est tout beau, tout parfait!!!

Danielle a dit…

Coucou JM...

Bien sûr j'y retourne, c'est vrai que j'ai de la chance, mais là où je vais c'est tout beau, mais pas parfait...

Je te bisesss du soir.

beatrice De a dit…

La Fenice.
Cela me rappelle si ce n'est mes séjours à Veise, les romans policiers de Donna Leon.* Mort à la Fenice*
Je présume que vous connaissez cet auteur ?

maite a dit…

Si vous regardez bien, il y a des boîtes de "raticide" dans quelques endroits...il fallait bien remplacer le travail utile des chats ! a presto !

Danielle a dit…

Merci Maite je n'ai jamais remarqué les boîte de raticide, je vais ouvrir l'oeil... Vive les chats


Bonne journée