lundi 6 décembre 2021

La vie urbaine... Visite au Centre Pompidou totalement ratée...

 

Giorgia O'keeffe - 1887-1986 - rétrospective au Centre Pompidou

Mais Danielle, que t'arrive-t-il ? C'est la scoumoune en ce moment ? La dermato qui veut faire monter ta facture, ton porte-monnaie perdu (voir les posts précédents), et maintenant l'exposition ratée ? Tu as le mauvais karma !

Je vous raconte l'histoire ! Coucou mamie, comment tu vas ? Bien ma chérie, et toi ? Ben, je suis testée positive depuis samedi, aïe ! Je n'ai plus de goût, plus d'odorat, et je suis très fatiguée, je me traîne lamentablement, je dors tout le temps... C'est très bien ma chérie, dors beaucoup, reste isolée, il faut attendre que ça passe... Les tam-tams de la brousse ont résonné, toute la famille était sur le coup ! Maman, va te faire tester, ça ne mange pas de pain,  comme vous vous êtes vues dans les 5 jours qui ont précédés sa positivité, c'est mieux maman, tu seras plus tranquille, allons-y gaiement !

D'accord, comme d'habitude j'écoute mes fils, je fonce à la pharmacie, il y avait une file d'attente pour les vaccins, une autres pour les tests, et encore une autre pour les médicaments divers et variés, une foire méthodique mais masquée... Et le pharmacien toujours au taquet : bonjour, sourire, on va s'occuper de vous... Venez madame, c'est pour un test, pas de problème, j'étais juste passée au préalable au guichet pour avoir mon papier sécu. Voilà, vous voulez le résultat par texto, c'est dans vingt minutes ? Oui, merci, et la voilà qui note mon numéro de téléphone, carrément illisible. Bon, je téléphonerai plus tard pour les résultats, c'est pas demain que je recevrais le texto avec ses hiéroglyphes. Vous voyez mon air suspicieux ?


L'exposition Giorgia O'Keeffe au Centre Pompidou

L'affaire fut faite, maintenant inutile d'aller voir l'expo à Pompidou, l'heure était passée, billet perdu, je suis rentrée à la maison, la mine déconfite, mais contente de moi quand même, il restait juste à attendre le résultat du test ! Le temps passait, bon, pas de texto, j'attends un peu et je téléphone, c'est pas grave !

Mais par miracle, contre toute attente, voilà le texto : si vous voulez en savoir plus, cliquez sur le lien, je clique, tout est en anglais (les lecteurs qui me suivent depuis un petit bout connaissent ma facilité pour les langues étrangères), zut, pourvu que je comprenne quelque chose, que je ne passe pas pour une gourde en appelant un de mes fils. Bon, allons-y, je comprends à peu près, le mot de passe pour se connecter est valable 10 minutes, ça ne va pas arranger mes affaires... Vous pensez bien qu'il m'a fallu au bas mot deux mots de passe pour y arriver, on me disait toujours en anglais que j'étais "Négative", ça je l'avais compris tout de suite, j'étais sauvée, parfaitement bilingue, la Danielle...

Madame Giorgia O'Keeffe je vous ai ratée de peu...

Depuis, je lis sa vie son œuvre sur internet, prochainement je vais au Musée d'Art Moderne admirer la restauration de l'œuvre monumentale de Raoul Duffy (peinture à l'huile sur contreplaqué de 10 x 60 m)  : "La fée électricité", et voir les œuvres de Anni et Josef Albers, grands créateurs de tapisserie. Je vous raconte...

Coquelicot -1927 - Giorgia O'Keffe -1887-1986

Sans doute, j'irais avec chagrin revoir les œuvres si émouvantes de Christian Boltanski, au sous-sol !!

Mes amis, les temps sont durs, tenons bon, masque, gel, distances, moi j'ai mes chances cette fois pour le Musée d'Art Moderne... Je fais très attention ! Je vous embrasse...

mercredi 1 décembre 2021

La vie urbaine... Le porte-monnaie !

 

À partir de Marcel Proust, j'ai perdu ma boussole

Enfin ! J'ai pu retourner aux Puces, vaccinée, masquée, en plein air, le gel dans mon sac... Un plaisir sans nom, j'y allais avec un seul objectif en tête : si je trouvais une belle petite tasse à café ? Je voulais me faire surprendre, aucune idée préconçue, la soucoupe était facultative, je voulais boire mon "petit café" dans une très jolie tasse, je dois dire que le prétexte était idéal pour un achat aux Puces, avoir une vague idée, mais pas plus...  Je commençais donc mon petit périple, ma chasse au trésor, je devenais une orpailleuse d'objets, trouver le truc magnifique et pas cher, dont vous n'aviez même pas osé rêver, n'y pensez même pas, la loi du genre aux Puces, c'est : le bol, uniquement ! Aucune martingale secrète, aucun envoûtement gagnant n'est à espérer, il faut avoir l'œil. Quand je suis aux Puces, je n'ai aucune suite dans mes idées, ce qui fait que même avec la nécessité de la jolie tasse, je peux revenir avec un livre, c'est très rationnel !

J'avais commencé avec trois petits couteaux d'office, très bien affutés, ceux que j'aimais, je n'ai jamais assez de couteaux qui coupent bien, la mondialisation se retrouvait  sur l'étalage : deux couteaux brésiliens, un couteau français ! Parfait...


Les petits couteaux de cuisine

La chasse commençait bien, toutes mes cartouches restaient à peu près intactes, je n'avais dépensé que quelques euros pour les couteaux, autrement dit, rien ! Il ne faisait pas trop froid, j'étais bien, la tasse à café était depuis longtemps oubliée, de toute façon celles que je voyais était moches, j'étais passée à autre chose. Ah le joli petit vase, il serait vraiment bien celui-là pour mettre mes petits bouquets, bien évasé du col, oui, en cristal, tout simple, oui, mais je n'étais pas encore allée jusqu'à en demander le prix, on verra ! Le mot clé était lâché, on verra, ça sentait la réflexion, l'indécision, la négociation était loin de s'engager, le : on verra était bien installé dans mon cerveau avec mon restant de neurones, on verra ! C'était pas gagné pour le vase, je prenais même le petit risque de ne plus le voir au retour, on verra faisait le travail de l'attente ! On verra est l'ennemi du chineur/chineuse, la chine doit se faire rapidement ! 

Allez, une dernière dépense, un euro, une belle paire de mi-bas élégants, adieu tasse, vase, l'affaire était dans le sac... Retour au bercail, ça suffit pour aujourd'hui !


Les chaussettes bien chaudes (neuves)

Voilà le fauteur de trouble, le premier tome de "À la Recherche du Temps Perdu" de Marcel Proust, l'exemplaire était presque neuf, avec une belle petite protection en plastique,  à la place de mon exemplaire bien abîmé, tordu, plié, ça serait vraiment bien d'avoir celui-là, presque neuf. Je vais pouvoir acheter le volume pour quelques pièces avec plaisir, voyons voir, je cherche dans chacune des poches de ma doudoune mon porte-monnaie, bon, bien sûr il est dans mon sac, je retourne le peu d'objets qui s'y trouvaient, rien au dessus, rien en dessous, rien, rien du tout, n'oublions pas les poches profondes de mon pantalon ! Une fulgurance me traversa l'esprit : je me suis fait piquer mon porte-monnaie, jamais ça ne m'était arrivé en 40 ans de carrière, tranquille comme baptiste, je pestais tant et plus, on me l'a volé, je ne me suis rendue compte de rien, de la prestidigitation ! Les achats étaient terminés pour moi, Proust était rangé aux oubliettes, sans lui, je ne me serais aperçue de rien, merci Marcel ! Affolée, je téléphone à un de mes fils : chéri, je viens de me faire piquer mon porte-monnaie, il y avait ma Carte Bleue dedans et trente euros, j'fais quoi ? Bouge pas maman, on va faire opposition immédiatement ! Et sur le trottoir, ce qui fut dit fut fait, j'étais tranquillisée : t'inquiète pas maman, ça arrive, tu sais... Toujours consolateur... J'ai repris le chemin de ma maison, je culpabilisais à fond : tu es distraite ma pauvre fille, tu restes prudente deux jours... Et après, adieu les bonnes résolutions. je me voyais payer les chaussettes, et ensuite amnésie totale jusqu'à Proust...

Le temps passa aussi bien que possible, le petit porte-monnaie rouge, je le regrettais aussi ! Fiasco complet cette balade, aux Puces...

En fin de matinée, mon fils aîné au téléphone : coucou maman, dis- moi, il y a un monsieur qui vient de m'appeler, un parisien, il vient de retrouver ton petit porte-monnaie rouge avec ta Carte Bleue et les trente euros qu'il y avait à l'intérieur, il ne manquait rien ! Je vais aller le chercher en vélo, il m'attend. Dans mon porte-monnaie, je glisse toujours un petit papier avec les numéros de téléphone de chacun de mes fils, au cas où ! La personne s'en était servi pour prévenir, MERCI MONSIEUR !!!

Je jubilais bien sûr, comment était-ce possible que quelqu'un de si honnête fasse cette démarche, c'était génial, formidable, grandiose, ça forçait l'admiration... En revanche, je n'étais pas fière de moi, crier immédiatement : Au Voleur ! Alors que j'étais seule responsable de mes déboires, me montrait à quel point l'idée d'un coupable s'impose vite. Le fait qu'une personne honnête vous restitue complètement l'objet perdu me chamboulait, si je me réjouissais de la restitution, je m'en voulais de l'accusation ultra rapide, j'avais une fois ou deux eu l'idée que je l'avais" peut-être" perdu, mais le voleur revenait très vite, l'histoire se terminait comme un conte de fée, MERCI MONSIEUR !!!

Du coup, le bonheur retrouvé, j'ai filé le lendemain acheter le volume "presque" neuf de Marcel Proust, dont personne n'avait voulu ! Chouette !


Depuis, on ne se quitte plus !

Mes amis, les micros évènements de la vie font partie des petits rebondissement racontables ! J'en profite... La prochaine fois, je vous raconte l'expo ratée... Où...

Restez prudents... Les évènements sont méchants, je vous embrasse fort.

samedi 27 novembre 2021

La vie urbaine : les dermatos !

 


Au bord de l'étang (2021)

Les illustrations n'ont rien à voir avec l'histoire, elles sont là pour faire joli !

Juste avant de partir dans le Berry, j'avais remarqué une tache marron clair qui m'était venue sur le coin du nez, très discrète, lisse sous le doigt, masquée avec mes lunettes de vue, quasi invisible... Branle-bas de combat dans Landerneau, je vais passer quelques belles semaines dans le Berry et on verra après !

Dans la nature, plus question de m'inquiéter, laissons faire la nature, gardons le moral ! Tout va bien, j'avais mis mon chapeau de paille, pas de crème pour le soleil, comme d'habitude, j'allais le nez au vent !


Chapeau, oeufs et artichauts (deuxième passage - 2021)

Au début je suis toujours raisonnable, je mets mon chapeau quand il y a du soleil, mais au bout de quelques jours, c'est la débandade... Je ne fais plus attention à rien, je me connais, je suis une inconstante...

En rentrant du Berry, je me regarde du coin de l'œil dans les miroirs, à plusieurs reprises, et je vois bien que la tache sur mon nez a pris de l'ampleur discrètement, c'est net, pas la peine de tergiverser, il faut agir, consulter...

Un soir de petit dîner avec mes fils, j'en profite : regardez, vous voyez la tache, sur mon nez ? Oui maman, tu devrais consulter, me disent-ils à l'unisson, allez, on cherche un rendez-vous, Doctolib présent, après-demain, maman, ça tirait ? Dans l'après midi ? Impeccable ! J'avais échappé au rendez-vous du matin qui me bouscule... J'avais mon adresse en poche, à l'autre bout de Paris, bon !

Allongée sur la table de consultation, avec sa petite loupe lumineuse, une petite compresse humectée de solution antiseptique, la dermato furetait sur ma peau, je n'avais plus qu'à me laisser faire : sur votre nez, là, ce n'est rien du tout, bénin. Elle allait d'un grain de beauté à l'autre et de tache en tache, elle finit par dire : vous voyez, ce petit bouton dans votre cou ? J'ai des doutes. Comment ça, vous avez des doutes ? Oui, il faudrait faire une petite biopsie (dans ma tête je faisais l'addition : +180 euros), on retire un peu de peau là et on l'envoie au labo, réponse dans trois semaines... Votre grain de beauté foncé, là, sur l'épaule est à surveiller, vous avez le temps. Ma machine à calculer s'était remise en marche, (+ une autre consultation : 80 euros), et si loin de chez moi... Vous pouvez me faire un petit compte rendu ? Ah, l'imprimante ne marche pas, je vais l'écrire à la main, et puis comme par miracle, elle s'était remise à marcher... Je voyais bien qu'elle essayait de faire monter ma note de frais ! Bien, écoutez madame (une jeune remplaçante), je ne vais pas revenir chez vous, c'est trop loin de chez moi, et puis le dépassement d'honoraires est élevé, je n'ai pas envie de faire la biopsie tout de suite (malgré son insistance). La confiance n'y était pas ! Je me suis retrouvée dans la rue, soulagée, c'est décidé, je vais aller consulter ailleurs... Je m'étais donné deux mois pour trouver une autre consultation... Même à l'hôpital !


La petite porte (2019)

Dans le Centre de Santé Municipal où je me soigne depuis des dizaines d'années, juste à côté de chez moi, tout en secteur 1, j'avais appris, par hasard, que le centre avait embauché un tout nouveau dermato. Grâce à un désistement de dernière minute, j'ai eu un rendez-vous très rapidement, une énorme aubaine, une consultation de dermato dans les deux jours en région parisienne, ça relève quasi du miracle, c'est le moment d'acheter un billet de loterie, un vrai cadeau de Noël, justement, nous y sommes presque...

Bonjour madame, qu'est-ce qui vous amène ? Je lui raconte mon histoire de A à Z : bien, déshabillez-vous s'il vous plait, vous gardez juste votre soutien-gorge et votre slip, je vais regarder tout ça. En deux minutes chrono l'examen commence, debout devant moi, à une certaine distance, le médecin m'inspecte des pieds à la tête, sans petite loupe lumineuse ni compresse...

Monsieur, excusez-moi,  la dermato que j'ai vue avant vous m'a dit que le bouton, là, dans mon cou, était douteux, il faudrait faire une biopsie. Mais non, mais non, ce n'est rien, tournez-vous. Avec son regard perçant, il finit par me dire : vous avez fait une radiothérapie ? J'étais estomaquée... Oui effectivement, comment le savez-vous ? Vous avez encore la trace des trois points microscopiques de tatouages qui ont servi au repérage du rayonnement que vous avez reçu. Il avait vu à l'œil nu ces petits points noirs, gros comme le quart d'une tête d'épingle, rien ne lui avait échappé, il a eu ma confiance immédiatement, ce dermato était un laser sur patte, un virtuose ! Par contre, sur votre épaule, votre petit grain de beauté foncé, (qui n'avait pas inquiété la remplaçante), il faut le retirer, prenons date, et hop ! Le 31 décembre, ça vous va ? Dans plus de 90 % des cas, c'est bénin, mais il faut s'en assurer. Il avait emporté le morceau, le 31 décembre, ça sera mon cadeau de Noël ! Merci Docteur...

À tous ceux que je rencontrais ce jour-là, je racontais mon histoire de dermato laser et dermato avec petite loupe et facture salée, des diagnostics carrément opposés, enfin bref, j'ai eu de quoi nourrir ma journée en anecdotes...


Les coupes de bois (2019)

La vie urbaine me réserve bien des petites histoires, j'ai des projets plus gracieux : visiter des musées, des galeries... Ma prochaine histoire sera celle de mon porte-monnaie... Ou celle de ma reprise de chorale... Entre le chant et l'argent, je n'ai pas encore fait mon choix...

Mes amis, les nouvelles épidémiques ne sont pas terribles, prenez soin de vous, je vous embrasse !


samedi 20 novembre 2021

La vie urbaine... Elle se bouscule au portillon !!

 

 Vue aérienne : Ça se bouscule au portillon...

Le chant :

Je m'emballe, il est temp, la campagne et les petits oiseaux, c'est terminé pour un bon moment. C'est pas tout ça, il faut que je revienne sur mon plancher des vaches, dans mon urbanité polluée, bruyante, moche bien souvent, je me suis dit : Danielle, il faut te bouger un peu. Du coup, je sors, je prend des billets de musées...  J'envisage sérieusement de reprendre les répétitions de ma chorale, pas plus tard que ce soir... Je vais aller jeter un œil, pousser de la voix et je vais bien voir/entendre... La troisième dose, je l'ai eue, le masque est dans ma poche, je vais ouvrir les fenêtres et dire bonjour à tout le monde, nous sommes tous des vaccinés ! J'ai trié mes chants, voilà deux ans que je n'ai pas chanté, je ne me souviens plus de rien. On verra, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas ! Retrouver les copains, ça fait chaud au chœur. Bien sûr, nous ne nous étions pas quittés comme ça, ceux qui savaient mieux que les autres communiquer : textos, messagerie, téléphone, rencontres sur le trottoir, s'en servaient comme tamtam de la brousse, ce cher tamtam : comment va Machin ?  Truc ? Truquette ? Beaucoup se sont noyés dans le silence, un vrai radeau de la Méduse... Les plus communicants (toujours très peu nombreux) faisaient le boulot pour diffuser des nouvelles fraiches...

Je le sais déjà, avant d'innover, d'épousseter notre vieux répertoire, on va reprendre nos chants anciens, moi je n'ai rien contre, je m'en moque un peu de renouveler le programme, l'essentiel, c'est de chanter ensemble, de faire des beaux accords, recompter les uns sur les autres pour arriver à faire du beau son. Vivre deux belles heures de musique !

Le vaccin anti-grippal :


J'attends le bon moment

On m'avait dit : Danielle achète-le maintenant, et fais-le après ! Je l'ai fait, et maintenant je le conserve  dans mon réfrigérateur, j'ai stocké, comme on fait pour des pâtes ou du riz par risque de pénurie et justement, cette année, il n'y a pas de pénurie... J'ai l'air malin avec mon vaccin au frais !

Mon fils m'a dit : maman, je te le ferai. Il fait ça très bien, sans douleur, en douceur, un vrai piqueur professionnel, j'attends le bon moment : avoir digéré ma troisième dose pour absorber celui de la grippe saisonnière... Depuis des années, je le fais, je n'ai jamais attrapé la grippe, le petit rituel de l'automne passe très bien pour moi. J'attends le bon moment : le soir du poulet rôti ou du traiteur chinois, fromage et fruits, quand mes deux fils seront là, ça part dans tous les sens, un petite piqure, ça mange pas de pain, et ça fait du bien.

Un soir d'andouillette, ils m'ont offert un téléphone tout neuf : mais non voyons, c'est de trop ! Maman, nous avons entendu tes petites "réclamations" : il faut que je recharge mon téléphone plusieurs fois par jour pour que la batterie tienne un peu... J'ai dit ça sans penser à mal, ils ont tout pris au sérieux, et ils m'ont acheté un chouette téléphone, plus grand, plus puissant, parfait aussi pour les photos, parfait pour tout... Moi, j'en suis restée comme deux ronds de flan ! Ils ont passé la soirée à tout paramétrer pour moi : et ça tu le veux, et ça, et ça, et ça ? On a même choisi la sonnerie ensemble... J'ai mis une belle photo berrichonne sur ma page d'accueil, celle que j'avais sur l'autre téléphone était belle aussi :

La petite ruelle berrichonne : page d'accueil sur le téléphone neuf !


Le Canal du Midi (superbe photo de mon fils aîné), page d'accueil pour l'ancien téléphone

La photo nouvelle va parfaitement à mon nouveau téléphone ! Mon plus jeune fils m'avait dit : mais maman, une page d'accueil, il faut que ça vive, il faut la changer de temps en temps... Allez, cette année je fais berrichon avant de revenir au Canal du Midi !

Le spectacle de marionnettes : 


"Yvette", par la Compagnie Les Petites Miettes

Longtemps, très longtemps qu'on ne s'étaient vues, nous avions fait nos vies chacune de notre côté, moi à la retraite depuis un bon moment, et elle toujours dans le plein de la vie active/créative. Une créative, une vraie de vraie, l'univers de la marionnette c'est par elle que je l'ai découvert, et je la remercie mille et mille fois. Il faut voir ça, et encore celui-ci : elle me proposait tous les spectacles qu'elle trouvait intéressants, elle me conseillait les festivals, elle connaissait tout, j'y suis rentrée à pieds joints avec passion... Elle s'était essayée dans les marionnettes sans en faire vraiment son emploi préféré, toujours un peu à côté de son "vrai travail" et puis, les années sont passées et elle est tombée dans le métier entièrement avec sa belle "Compagnie Les Petites Miettes". Viens donc au filage de notre pièce ! Elle était revenue dans les murs du théâtre de ma ville avec un spectacle incroyable : viens donc, il n'y aura personne, pas de masque, tu seras pratiquement toute seule avec une programmatrice qui doit venir voir le spectacle. À 10h tapantes, je poussais les portes du théâtre, le vide total, la programmatrice n'était pas venue, nous sommes tombées dans les bras l'une de l'autre, on se fichait du virus. Le spectacle : c'est l'histoire d'Yvette (la marionnette), seule dans son appartement avec son aide de vie, et Louise 49 ans (une comédienne). Au début, c'est tout de suite poignant de voir Louise si grande dans le décor, faisant le ménage dans le minuscule appartement décorés des souvenirs d'Yvette si petite... Louise et Yvette se rapprochent en douceur, entre elles presque pas de frontière, la toilette intime est évoquée avec pudeur... La vie d'Yvette est maintenant faite de souvenirs, de douceurs... La mort est au bout, la poésie est à l'œuvre, les réminiscences, les souvenirs d'Yvette défilent sur la petite télé offerte aux spectateurs... La puissance du spectacle, sa beauté, m'ont aimantée entièrement !


Yvette sur sa chaise, Louise en blouse, la créatrice et manipulatrice au milieu, et une manipulatrice à droite... Et beaucoup de monde dans l'ombre pour la réalisation de ce spectacle...

Prochaine visite au centre Pompidou : et ma cousine !

L'expo se termine bientôt, j'y pensais déjà en partant dans le Berry :  Giorgia O'Keeffe, c'est qui, c'est quoi ? J'ai fait chauffer la carte bleue pour acheter mon billet à l'avance, une exposition prometteuse... En découvrant les œuvres de Giorgia O'Keeffe, peintre américaine dont je n'avais jamais entendu parler, j'ai retrouvé des ressemblances avec des œuvres de ma cousine, voyez ses merveilles :


Un petit poil flou, mais pas assez pour ne pas voir la beauté ! (Claudine Aymoz)


Pavots (Claudine Aymos)

Merveilleux gros plans (Claudine Aymoz)

Les transparences, les lumières, les subtilités des cadrages, ma cousine fait ça avec bonheur et pourtant personne de ne lui a demandé d'exposer à Pompidou ! Affaire à suivre...



Giorgia O'Keeffe (1886-1987) Peintre américaine

Ma rentrée se fait sur des chapeaux de roue, depuis qu'on peut prendre ses billets pour l'entrées des musées et lieux d'exposition sur internet, je prends mon temps, je pèse le pour et le contre, je choisis mon heure, mon jour, j'ai choisi aussi d'aller faire un petit tour au Musée d'Art Moderne, je vous raconte en rentrant... Et l'imprévu, bien sûr...

J'ai aussi idée de vous raconter mes visites chez les dermatologues, du grand art !... Portez vous bien mes amis, masque, gel et tout le Saint-Frusquin... Je vous embrasse.

lundi 15 novembre 2021

Le Berry... Les gens... Bonjour, bonsoir, les petits bouts d'histoires... Épisode 9, et fin de la saison unique !

Promenade du soir au bord de l'eau dans la région naturelle de la Brenne

Pendant mon séjour dans le Berry, des gens, j'en ai croisés, des petites histoires, j'en ai entendues, souvent passionnantes : avec des gens étrangers à votre vie, on peut se laisser aller, pas de retours de bâton, juste des instants en suspension qui souvent font du bien. Écouter, parler, le petit jeu de la conversation ping-pong en vaut la chandelle, aucun danger, on n'est pas appelé à se revoir, à se côtoyer, rien à craindre. Cette liberté est bien agréable pour la vérité, souvent on peut dire franchement ce que l'on pense, il m'arrive de retrouver des bribes de mon histoire personnelle, et au lieu de m'embêter, elles m'intéressent, ça m'aide même beaucoup, je me dis : réfléchissons, voyons voir...


La petite porte en bois, rescapée...

Je l'avais retrouvée, immédiatement reconnue, mais oui, c'est F. devant la porte du kiné où on faisait la queue, on venait de toutes parts chez lui pour se faire papouiller le squelette. Elle était tellement mince qu'elle sentait à travers sa cuisse la réparation de sa hanche faite six mois plus tôt : je sens comme un bout de ferraille, je m'inquiète. Fugitivement, nous avons pu nous dire trois mots, mais : excusez-moi, c'est l'heure de mon rendez-vous. Je la sentais fébrile : dites-moi vous allez bien, à part votre hanche ? Oui, ça va, pas trop de changement, ça m'est tombé dessus, en six mois c'était réglé, il a fallu m'opérer, j'vous laisse, c'est mon tour. Je ne l'ai jamais revue du séjour, je n'ai pas eu le courage d'affronter la route pour aller la retrouver dans son univers, son petit lieu-dit de deux, trois maisons, il fallait croiser trop de voitures, j'avais peur, maintenant j'avais peur, plus peur qu'il y a deux ans... Je lui avais pourtant dit : j'irai vous voir... Il y a deux ou trois ans, elle m'avait parlé de sa vie de recluse, dans sa petite maison pleine à craquer, où elle m'avait invitée à boire un verre d'eau, elle avait juste les canards et les poules pour lui tenir compagnie ! F. ne se plaignait de rien, chez elle, pourtant, tout ressemblait encore au 20e siècle, pour rien au monde elle n'aurait quitté les lieux, ou aménagé plus confortablement sa maison, pas d'argent ? Pas d'envie ? Pas de goût de vivre ? Souvent, je l'avais vue triste...


L'échelle est posée au pommier sans pommes...

Je n'ai pas pu revoir Yolande, je suis passée cent fois devant chez elle, les fenêtres étaient toujours fermées, je ne la voyais jamais prendre le thé au soleil, elle était bien âgée maintenant... Je n'ai pas pu surmonter les aboiements de son chien noir, à l'entrée de sa maison. Plusieurs fois je me suis approchée de son portail, mais le chien noir me sautait dessus derrière la grille, méchant, pas méchant, les chiens gentils quand ils aboient me font peur aussi... J'avais pourtant dit à son fils : j'irai voir votre mère... Encore une promesse non tenue !


Autour de la mangeoire

Aïe ! Monsieur L. n'était plus sur sa petite parcelle, tous les volets de sa maison berrichonne typique étaient fermés, poules, oies et canards avaient disparu, ses beaux noyers poussaient sans noix, un peu grandi peut-être, le petit jardin fleuri, jardiné, était devenu tout gris, avec les mauvaises herbes. Le lieu-dit est en train de changer de main, monsieur L. était maintenant dans un Ehpad... Il y a deux ans, il m'avait dit que l'orme qui était au coin de sa propriété repartait à fond, il ne comprenait pas du tout pourquoi cette soudaine survie... Les ormes par ici sont victimes de maladies depuis des années... L'orme de monsieur L. est mort cette année, sécheresse, tornade de juin, gel, on ne sait pas ! Monsieur L. n'était pas bavard, il traînait volontiers dans son jardin, les conversations pouvaient aller bon train : et celui-là, Monsieur, vous l'avez planté quand ? Moi, je voulais que par ici tous les arbres aient de la bouteille. Bah ! C'est mon père qui l'a planté quand j'étais jeune encore, calculez... Pas centenaire alors ! Mais gentil comme tout...


Retour au champ

Dans la campagne, il y avait aussi des histoires puissantes, qui parlent de "savoir vivre" dans ces petites maisons berrichonnes que je photographie avec plaisir. La vie n'était pas facile, deux pièces, deux fenêtres, deux portes, et une petite lucarne en toiture, les appentis construis pour les animaux au fur et à mesure des besoins (poulailler, le cheval, le porc...) Encore regardées, recherchées, réhabilitées, témoins d'un passé inventé, idéalisé, conservées comme monuments historiques, personne ne voudrait y revivre "comme dans le temps", les gens qui y habitaient ne roulaient pas sur l'or. Dans le lieu-dit où je suis, il en reste plusieurs et certaines sont visitables, il suffit de pousser la porte... On se demande, avec nos yeux d'aujourd'hui, comment les gens pouvaient supporter cette vie-là... Ils pouvaient...


Le four à pain devant, le moulin derrière, comme on dit : "être au four et au moulin". 
Je comprends !

Mon ami m'a raconté ses aventures, ses difficultés, ses misères, aujourd'hui inimaginables : premier labeur à 8 ans (garder 30 vaches sans clôture, les emmener et les ramener), à 12 ans il faisait "la tournée" avec une charrette à cheval pour ramasser le lait dans les fermes alentours. Il m'a raconté aussi des histoires drôles : bricolage et pose de collets sur le parcours des lapins, toute une science pour ramener des lapins en douce, et quelle rigolade : tu sais, "braco" c'était un métier, je gardais soigneusement mes secrets de fabrication, je n'en parlais à personne. Après le verbe, l'action, j'ai eu droit en une leçon de moins de 10 minutes, à la fabrication d'un collet, directement sur l'établi, en moins de temps qu'il n'a fallu pour le dire, je l'avais en main... Aujourd'hui la myxomatose fait encore beaucoup mieux, il ne reste plus une queue de lapin qui traîne, quelques garennes et encore... Les chasseurs ne sont pas à la fête, tant mieux !


Le petit bois de chênes

Je questionnais sans arrêt, et là c'était comment ? Et ici encore ? Une vraie boîte à questions à laquelle tout le monde se prêtait avec tellement de gentillesse... J'avais même organisé une visite guidée autour d'arbres remarquables, pour des gens qui étaient pourtant natifs du coin... Nous avons tous bien ri et apprécié de nous retrouver sous les grands chênes, saules éventrés et toujours vivants, plus que centenaires, exaltants... Je faisais mon petit boulot de touriste avec joie ! Je voyais ce qu'ils ne voyaient plus, et nous avions le plaisir de découvrir ensemble ces beautés de la nature. Une fois devant les arbres, ils pouvaient bien mieux que moi leur donner un âge...


L'étang et la petite maison de thé

J'ai croisé la propriétaire du beau moulin du bourg : mais oui bien sûr, venez quand vous voulez prendre des photos, même quand je ne suis pas là, merci, merci ! Pour les photos, il a fallu que j'y aille souvent, il fallait bouger avec le soleil. Je me suis retrouvée dans cet endroit de rêve aussi souvent que je le voulais, la chance ! Surtout Évelyne, je vous en prie, ne coupez pas vos arbres, en deux temps trois mouvements nous avions échangé nos prénoms sans façon, elle m'avait dit : il faut que je fasse un peu de ménage ici, couper ici, et là. La malheureuse, voilà des dizaines d'année qu'elle résidait dans cette superbe propriété, et en cinq minute, toutes les permissions m'avaient été accordées, sur ma bonne mine : photos, noix et repos, visites illimitées. Moi j'aime bien les visites, m'avait-elle dit, je suis seule tellement souvent... Un échange promptement mené, une gentillesse extrême, je ne l'ai pas revue du mois... J'ai adoré voir le soleil décliner chez Evelyne...


Toujours grandiose chez Evelyne

Danielle, voulez-vous que je vous emmène voir un autre moulin, il a encore sa roue ? Avec plaisir, monsieur T. Et hop, par ici la bonne soupe ! Le moulin du 19e siècle s'apercevait  de très haut, aucune possibilité de faire la moindre photo, pas du bon côté de la roue, que finalement je n'ai jamais vue... Splendide ensemble 19e (vu d'en haut, de loin et de côté), le moulin, situé au creux d'un vallon vert, était maintenant habité, il vivait sa vie de maison secondaire au bord de la rivière. Monsieur T., qui n'avait pas voulu s'aventurer par la voie principale dans la propriété privée, au risque de rencontrer le propriétaire qu'il connaissait très bien et était très gentil (mais à qui il n'avait pas demandé la permission), nous avait fait prendre un chemin de traverse, d'où on ne voyait pas grand chose !!! Un peu frustrée, je l'ai remercié tant et plus... Merci monsieur T., très sympa de m'avoir emmenée voir ce très beau moulin... Plusieurs fois il m'avait invitée à prendre "La photo", mais rien à faire, j'avais le soleil dans le yeux, rien de faisable, je faisais semblant de cliquer... Ça marchait très bien, il était très content de la petite course qu'il avait faite pour me faire plaisir...


Le hérisson timide !

J'ai souvent pris le thé dans une propriété voisine et accueillante, pas très loin de mon fief : conciliabules, photos, potins du jour, tout l'agrément des rencontres avec des gens de ma génération. Une fois les problèmes de santé évoqués, nous parlions beaucoup de la nature, des arbres, des beautés historiques du coin, de l'épicier qui avait toujours des poireaux qui ressemblaient à des queues de vache... Danielle, vous venez quand vous voulez, cueillez donc les noisettes, profitez... Reposez-vous sous les arbres... Ce que je faisais...  De sa fenêtre, dès qu'elle m'apercevait, au plus loin dans son grand parc, me faufilant comme un écureuil avec mon vélo à la main, elle me faisait des grands signes : Danielle, venez prendre le thé ! Je ne me faisait pas prier... J'ai aimé ces moments de réchauffement entre amis...


Le grand tilleul haut comme un immeuble

Près des petites vigne,  dont une seule avait été vendangée depuis peu, et l'autre abandonnée faute de combattants, j'ai rencontré un ramasseur de châtaignes avec son petit-fils, il avait posé ses deux fusils (cassés) de chasse par terre et sorti son sac poubelle pour le glanage... Nous sommes restés en admiration devant ce mastodonte plus que centenaire un peu abîmé par le vent, la sècheresse, la vieillesse, la fameuse tornade... Les châtaignes étaient tombées par centaines à ses pieds... L'enfant se réjouissait de les faire griller... Le grand-père, berrichon de toujours, employait des mots du terroir que je ne connaissais pas... Passionnant !

Le petit noyer "tornadé" de cette année, je l'avais bien connu de son vivant

Rencontré également un cueilleur de pommes, service rendu à un voisin trop âgé pour le faire, cueillette également pour un propriétaire de la région parisienne, remonté sur la capitale en lui confiant les clés... Servez-vous, madame, choisissez... J'ai choisi une belle reinette bien croquante... J'avais remarqué que les voisins des maisons à volets fermés gardaient un œil bienveillant sur ces maisons délaissées un temps...


La compote

J'ai vu le loup le renard et la belette... Cette année, je n'ai pas fait attention aux chants des oiseaux, pas eu le temps... J'ai regardé sans cesse les travaux de jardinage entrepris chaque jour par mes amis pour garder leur espace dans la beauté de chaque saison, un travail à plein temps, j'étais tout le temps dans leurs pattes, la boîte à questions en action... Quelle chance !

Voilà comment se termine un séjour de six semaines couronné de succès dans le Berry, j'y pense tous les jours...

Mes amis à bientôt pour d'autres aventures plus  urbaines... Prenez soin de vos masques et gel, il y a du virus dans l'air, je vous embrasse...


jeudi 11 novembre 2021

Le Berry... Le matin je regarde à gauche, le soir plutôt à droite... Saison Unique (8/9)

Promenade de fin de journée, au bord de l'eau

Ben Danielle, tu vas nous parler politique ? Pas du tout, rassurez-vous les amis, je vais vous parler photographie. Ouf ! Tous les jours, je surveillais le ciel, mon objectif était de suivre le soleil, pour voir et photographier la nature sous des angles différents... Éclairée naturellement à gauche ou à droite, au lever ou au coucher du soleil, la beauté se révélait ainsi du matin au soir de façon toujours renouvelée... Comme nous le faisons pour faire connaissance avec une personne, tous les angles d'attaques sont différents, il faut beaucoup de temps pour passer de l'ombre à la lumière, se voir, communiquer. Je relisais il y a quelques jours un passage magnifique dans le premier tome (Du côté de chez Swann) de l'œuvre de Proust : "À la recherche du temps perdu", à propos de sa façon de "voir une personne" : "Notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres. Même l'acte si simple que nous appelons "voir une personne que nous connaissons" est en partie un acte intellectuel. Nous remplissons l'apparence physique de l'être que nous voyons de toutes les notions que nous avons sur lui, et dans l'aspect total que nous nous représentons, ces notions ont certainement la plus grande part..." 

Pour moi, les photos d'intérieur, sont plus faciles, rien à faire du soleil, je peux " cliquer" tout le temps...

(Les trois tamis de mon ami qui était carreleur-mosaïste de talent)

Bien sûr, la nature n'est pas une personne, mais je n'ai jamais fini d'en voir les contours, les deviner, les découvrir tout à fait, les admirer souvent avec étonnement, il faut constamment que j'y revienne, l'observation étant infinie. C'est ce continuum avec la nature qui m'avait fait penser à ce très beau passage de Proust où il décortique les sentiments, en se posant la question : comment peut-on voir / connaître une personne ? 

 Photo d'intérieur : Le rangement est la première nature de mon ami, "une place pour chaque chose et chaque chose à sa place", j'adore fureter dans son ordre, repérer le moindre désordre reste impossible, alors, la disposition des objets, choisie avec soin, devient un art en soi !

"Les photos de gauche", ce sont toutes celles que je pouvais faire en me levant de bonne heure, je regardais tout ce qui se trouvait sur ma gauche en roulant vers le bourg, avant que le soleil ne soit au zénith et dégringole de l'autre côté. Il fallait y aller absolument avant midi, bien calculer son temps, et même en calculant, la bonne photo n'était jamais garantie... Presque jamais au rendez-vous comme je l'espérais... "Les photos de gauche" étaient très exigeantes, elles m'en demandaient beaucoup : il fallait que je sois prête de bonne heure, bien avant 11h, je devait donc me faire violence pour démarrer ma journée, souvent j'étais tenté par : on verra demain s'y j'y arrive...

Quand on "prend de la bouteille", les vues de droite (celles du soir) sont plus faciles, plus flatteuses, on peut prendre son temps, flâner, il suffit de rouler piano, sans se biler, car forcément, on attend toujours que le soleil descende assez bas pour illuminer la scène, pleins feux. Les ombres et les lumières se font toutes seules, les projecteurs travaillent pour vous, ils vont forcément venir, il faut être patient, c'est tout, ensuite il suffit de cliquer... Et on devient le meilleur photographe du coin... Vos amis vous disent : magnifiques, tes photos ! Votre égo vous fait prendre du galon !

Des photos du matin avant midi : "Photos de gauche" en roulant vers le bourg, moins nombreuses !


Les beaux cyclamens de mes voisins, 12h30 j'avais sauté sur mon vélo en fin de matinée pour aller dire bonjour, et je n'ai trouvé personne... J'ai pris la photo comme elle venait, le soleil étai déjà haut 

11h30 ! Dans le jardin de mes amis j'étais à pied d'oeuvre, je n'avais pas besoin de me lever tôt


10h46. Mon ami aussi était à pied d'œuvre depuis longtemps, il se préparait au grand ratissage, le plein boum avant midi !


La contemplation de 10h30, le grand merisier dans toute son ampleur, je pouvais le regarder en face, sa hauteur était vertigineuse...

Au début de mon séjour berrichon, je prenais tout mon temps, dans la matinée, quand j'allais faire les courses, je me disais : il faudrait que je revienne par là un matin, pour prendre des photos... Et le temps passait, tout s'est bousculé sur la fin du séjour... Comme d'habitude...

Les photos du soir après 15h : "Photos de droite" en roulant vers le bourg, plus nombreuses :


Le merveilleux saule du soir


Vue du soir, entre les couleurs et le rayonnement du soleil


Le canoé


Les pommes abandonnées


Saules et peupliers

À bien y réfléchir, je fais comme ça à chaque fois que je pars en vacances dans le même endroit, pour un temps long... Je revisite les lieux, les couleurs, les gens, sans me lasser, bien au contraire, et surtout après un ou deux ans d'absence, je peux vous dire, moi qui suis une adepte de la géométrie variable, que le plus court chemin d'un point à un autre est le zigzag, je l'ai vérifié...

Pour moi, le temps de repartir vient toujours trop vite... Toujours trop vite... Toujours trop tôt... À Venise, je mettais en route le même petit manège, je traversais tous les matins l'église Carmina, elle était sur ma route, j'admirais les tableaux, les objets d'art, et puis j'y passais de moins en moins régulièrement, je sautais des jours... Et sur la fin, je pressais le pas, mon attention augmentait tout le long du compte à rebours, pour tout, comme si je pouvais rattraper le temps perdu... Il me faudra attendre un an pour la revoir, j'avais un petit pincement au cœur, j'ai eu ce pincement pendant vingt ans de suite ! Au moment de quitter les lieux, il me restait toujours mille choses à voir...  Je savais bien que derrière ce désir de tout passer en revue... Subsistait toujours cette question : et si je ne pouvais plus revenir ?


Venise - L'église Carmina (15 juillet 2016 - 20h33)

Mes amis, on arrive au bout de mon séjour berrichon, encore un épisode, le dernier, et je plonge dans ma vie parisienne, banlieusarde. Portez-vous bien, attention au virus... Je vous embrasse !

lundi 8 novembre 2021

Le Berry... Les arbres de mes chemins... Saison unique (7/9)


Le cèdre et le grand séquoia, on les voyait de loin...

Est-ce que je vais y arriver ? Depuis mon arrivée, j'avais tourné quelques jours autour du pot, bien des hésitations à remonter sur mon vieux vélo. "Mes" hêtres auxquels j'avaient pensé pendant deux ans, étaient assez loin de ma location, il fallait vraiment que je donne un sacré coup de pédale pour arriver jusqu'à eux... Mais ce n'était jamais le bon moment, attendons encore un peu, c'est loin, ça monte, il y a de la circulation (très peu) sur la route, mieux vaut attendre qu'il fasse beau ! Je profitais de mes hésitations, j'allais dire bonjour aux voisins, flâner dans leur très grand jardin, un vrai parc très arboré... Il y avait toujours une photo à faire, un banc à l'ombre où je pouvais me reposer... Sans effort !


Les "herbes de la pampa" agrémentent les paysages, elles bougent au moindre vent, légères, transparentes, mobiles, en fin de soirée, le soleil allume ces flambeaux...

Le soleil improvise partout des scènes de théâtre, il faut être là pour les trois coups

J'étais pourtant pressée d'y aller, mon amie m'avait dit au cours de l'année : je crois qu'ils ont abattu des arbres là-haut, où il y a tes hêtres, on a entendu des bruits de scie... Un coup de tonnerre avait claqué dans mon cerveau : elle doit se tromper, pourvu que ces arbres soient encore vivants, bien portants ! Maintenant que j'étais sur place, j'avais un peu peur d'y aller, à cause de l'effort que représentait pour moi le vélo, avais-je bien conservé la stabilité, les réflexes sur ma petite reine ? J'avais également l'appréhension de leur abattage, beaucoup de handicaps au départ. Mes amis / logeurs n'étaient jamais "montés" les voir... Ignoraient même leur existence. C'est comme ça, l'envie d'aller voir "ailleurs" ne concerne pas ce qui vous entoure. Pareil pour les gens qui habitaient le coin quasi depuis leur naissance, ils n'avaient jamais entendu parler de ces deux jumeaux exceptionnels, et de bien d'autres arbres remarquables que j'avais découverts... Il fallait que je leur donne des détails, des itinéraires, être très précise, ils connaissaient le nom des rues et moi celui des arbres, le murier, les chênes, l'acacia, le noyer, et même les antiquités : la vieille grange, les "loges" (petits abris construits en pierre pour abriter du soleil et du mauvais temps les agriculteurs qui travaillaient dans les champs/vignes), constructions protégées maintenant par le département comme "patrimoine". Je ne me fis pas prier pour leur livrer mon carnet d'adresses "arbres", je les encourageais à se déplacer... Peu le faisait... Savoir qu'ils existaient leur suffisait...


Mes voisins avaient un très vieux tilleul à leur porte

La vieille grange et le grand tilleul, plus belle en vrai qu'en photo, elle avait un air de belle endormie éblouissante !


La petite loge des prés (2012)


La même loge en 2021, mangée par le grand noyer

La curiosité d'aller voir au plus près, c'étais ce que j'avais entrepris moi-même, vous le savez, pendant le confinement. Les "droits" de sorties étaient courts, courtes aussi les distances à parcourir, c'est comme ça que j'ai découvert la cité pavillonnaire juste en bas de chez moi, avec ses petites maisons, et ses jardins : tout était petit "en bas", maisons à deux étages maximum, encerclées par une mini pelouse, un ou deux arbres pour les plus chanceux... Les fleurs, les décorations et même les nains de jardins ont fait mon bonheur tous les jours, car tous les jours à l'heure de ma sortie, je courais vers ma "petite nature". J'étais le Marco Polo de ma tour... Ma Route de la Soie se déroulait à mes pieds, sur cinq malheureuses rues... Pas très longues. Plus la contrainte était serrée et plus mon esprit voyait grand, à la fin de mon "tourniquet" journalier, j'avais vu assez de choses pour alimenter mon désir d'y retourner... Les premiers jours seulement, j'avais battu ma "coulpe" d'aveuglée que j'étais d'avoir perdu autant de temps, je ne voyais pas beaucoup plus loin que les escaliers de mon immeuble... Dans les temps ordinaires, "hors épidémie", mes sorties étaient presque toujours tournées vers Paris, je fonçais vers le métro... Avec les petites sorties restreintes et régulières du confinement, je me suis vite dit : finalement, à voir de près, je vois plus grand, mon attention s'était décuplée, mon intérêt grandissait, des projets naissaient pour les jours suivants... Je faisais chaque jour mieux exister l'existant, voilà tout... Je voyais enfin ce que je n'avais jamais vu, comme les gens de ma campagne berrichonne, pas meilleure...


Le tamaris juste en bas de mes fenêtres, je ne l'avais jamais vu, je ne suis pas plus maligne que les autres ! (2020)


J'avais pu faire cette photo en regardant de près (2019)

En arrivant à la campagne, j'avais tout ce vécu en moi, les soucis de santé surmontés, et aussi ce que m'avait dit mon fils : maman, sois bien prudente, il ne faut pas tomber... Tolérance zéro, aucun faux pas ! Pas un coup de pédale de travers... Le temps (long) d'hésitation passé, j'ai pris la route : beau temps, je regardais au loin, très loin, pour apercevoir le grand séquoia de 30 mètres, le voilà, grand, fort et bête, je n'aime pas les épicéas, même grands, même forts... Ils me font peur ! Ils étaient là, je n'avais eu aucun mal à les retrouver, beaux comme des Dieux, sublimes, les rois de la prairie, le séquoia n'avait qu'à bien se tenir, pas question de voler la vedette à mes hêtres. Je ne voyais qu'eux, malgré une tornade en juin, ils avaient bien survécu, une branche moyenne était cassée... Le grand cèdre bleu était intact aussi. Il faudra que je revienne dans le séjour ! Je n'y suis pas revenue, trop loin...

Les deux jumeaux :


Les deux jumeaux étaient bien là, j'ai laissé tomber mon vélo dans l'herbe et j'ai couru (doucement) à leur rencontre... Nous y voilà, les amis...


La force tranquille et la beauté en double


Les deux jumeaux de face et de profil


Plus près

Les arbres sont comme des cathédrales, personne ne se fait prier pour les visiter plusieurs fois. Dans le petit chemin creux, en bordure d'un champ, pas très loin de ma location, je savais où étaient le grand chêne d'une puissance incroyable, le saule ancestral, éventré, mais toujours vivant, centenaires tous. Ils avaient gagné leurs galons en beauté, un autre saule, très ancien aussi, au bord de la route, roulait des mécaniques, en pleine forme cette année, flambant neuf, feuillu de partout, plus de 100 ans lui aussi... J'en découvrais d'autres à chaque tour de roue : un merisier impressionnant derrière une maison, haut de plus de 20 mètres au moins, un noyer rigolo a deux gros bras horizontaux. Partout où j'allais, je rencontrais des chênes et des noyers qui valaient mon coup d'œil.... 

Les arbres de mes chemins


Le chêne plus que centenaire


Chaque branche ressemble à un tronc, la puissance !


Le vieux saule



Le grand noyer de loin, de près




Le vieux merisier,  de loin, de près


Le faux acacia, illuminé dès le matin


L'énorme figuier à confiture, dont les fruits attendaient leur heure cette année 


Le vieux frêne que j'ai mis 10 ans à voir

Partout où je suis allée, j'ai toujours oublié mes jumelles, je ne sais pas pourquoi... Le mûrier du grand jardin de mon amie prenait le chemin des champions du monde, d'année en année il prenait une envergure vertigineuse...


Le grand mûrier


Le  soir, dans le jardin, le soleil jetait un dernier coup d'éclat dans la lanterne de papier suspendue au magnolia...

Cette année, plus que toutes les autres, le moindre prétexte arboricole m'a suffi pour enfourcher mon vélo, avec la pression, douce, de découvertes possibles, dans le coin. J'avais vu très vite que je ne pourrais compter sur personne pour les bonnes adresses, il fallait que je les trouve moi-même, les arbres ont fait partie de mon paysage, un point c'est tout... Comme votre beau vase de Chine fait partie de vos meubles... Les paysages ne m'avaient pas dit leur dernier mot, après la pluie, le beau temps, il fallait que je me tienne prête à rouler aux premiers rayons de soleil, le mois d'octobre réserve de très belles journées, m'avait dit mon amie : hardi petite, roulez jeunesse ! Mon amie avait raison, j'ai roulé, j'ai marché, j'ai regardé...  J'ai trouvé des trésors, pas très loin...

Mes amis, à très bientôt pour l'avant-dernier épisode de ma saison unique dans le Berry, prenez soin je vous, je vous attends en pleine forme...