mercredi 2 mars 2011

Ma crise !


Mon blog, au début, je me suis dit : tiens, voilà c'est le bon moment pour moi d'écrire un peu et de montrer mes photos. J'aime beaucoup la photo, voir du bon oeil, montrer ce que je vois, avec ces angles-là. J'aime bien écrire des formats courts, resserrés, essayer de dire en quelques mots : idées, émotions, enthousiasmes, et même rage et colère. Parler du monde qui m'entoure, des gens que je rencontre, c'est ma vocation. Le tout petit surfil dans le bas d'un vêtement, la très petite paillette qui fait scintiller un décor, ce que je vois, ce que j'entends et qui me touche, voilà ce que j’ambitionne de montrer...



Je m'étais dit aussi : voilà une belle occasion d'arranger les mots, d'écrire dans le vent, de semer à la volée quelques idées sur la vie, ça me fera travailler les méninges... Car au début j'étais seule, je ne savais pas du tout comment ça marchait, comment, pourquoi des lecteurs vous trouvaient, comment ça se faisait qu'on arrivait jusqu'à moi ? Le mystère reste encore total...

Allez, puisque j'ai décidé de parler sous penthotal, je dis tout : au début, j'avais mis des petits compteurs de visiteurs, des statistiques, des horloges, des compte-pages, des mouchards, des pistes... C'est terrible ces trucs-là, ça peut même finir par me faire une grosse tête : tiens dis-donc, mon beau blog est rudement visité, je vais devenir célèbre, pourvu que les chiffres augmentent, qu'on dise du bien de moi sur le Net... Des bêtises bien sûr, mais qui vous tiennent en haleine... J'ai tout de suite vu que je ne voulais pas ça... J'ai enlevé toutes les épines de mes doigts... Les compteurs, les statistiques, les compte-pages, les mouchards, les pistes... Et j'ai repris mes bavardages, bien plus tranquille, je ne fais plus les comptes, je compte sur mes visiteurs les plus sympathiques et voilà tout ! La vie est belle, il faut passer inaperçue, presque...

Tout au commencement j'ai parlé de Venise, car j'en venais, j'y retournais, mais bien vite j'ai épuisé le sujet, j'ai même piqué des rages... Je ne me souviens même plus comment j'ai trouvé les gens qui en parlaient, avec amour, avec passion, de passionné en passionné j'ai remonté un peu la filière, et j'ai bien vu qu'ils étaient nombreux, bien assez nombreux... Je n'avais plus rien à rajouter, tout avait été dit, tout avait été montré...


Après, je me suis dit : écris donc ce qui te passe par la tête, les toutes petites choses de la vie, laisse Venise, il y a déjà beaucoup de monde sur le coup, il y a de belles photos, de belles histoires, et puis les amoureux trouvent toujours les mots pour le dire et le redire... Tu parleras de Venise quand tu en auras envie, de temps en temps, ça suffit bien.

Alors, j'ai fait comme je suis, je me suis mise à parler des trois fois rien que j'aimais bien, de ceux qui me touchaient, j'ai essayé de leur donner un peu de sens , mon sens. J'ai bien vu que je n'étais pas toute seule à aimer les histoires du quotidien. J'ai commencé à faire des rencontres avec les gens qui venaient lire mes petites paillettes et mon fil de bâti...Des amis un peu spéciaux, virtuels bien sûr, mais si sympathiques, aussi mystérieux que les gens de la rue, un jour ici, un jour ailleurs, ils circulent librement... ça m'a réjouie, je me suis sentie moins seule.



Et puis après, le partage est venu, puisque des gens sont venus lire mes pages, s'inscrire chez moi, comme pour me dire : j'aime bien ce que vous dites, ça me parle, et très vite il m'ont fait des bises et m'ont tutoyée, on entrait dans le vif des sujets, comme si on se connaissait depuis toujours.

Je m'impose juste une règle d'intimité, je ne parle jamais de ma vie vie très privée, ça laisse de la place pour un anonymat bien raisonné... Pas la peine non plus d'en dire trop, c'est jamais assez... Si je ne raconte pas ma vie dans tous ses plis, par contre, quand j'écris, je dis sincèrement ce que je pense, c'est mon credo pour que je m'y retrouve. J'essaye d'aller chercher loin en moi ce qui me tient à coeur. Souvent, j'ai rêvé d'écrire sur rien, et de le faire bien... C'est très très difficile, ça sera pour beaucoup beaucoup plus tard.

Les larmes, les sourires approchés de près, à ma hauteur, les yeux dans les yeux, c'est ça que je vois le mieux. À ce moment si précieux de la rencontre, si unique, si humaine, je sens monter en moi une compassion et une solidarité véritables. Créer du lien, c'est ça que j'aime faire en premier... Dans l'ascenseur, sur mon palier, dans le métro ou sur le trottoir, les paroles échangées ne sont jamais inutiles, elles font du bien à tout le monde et à moi la première, rien n'est jamais tout à fait désintéressé...

Souvent, j'ai eu envie d'arrêter mon blog, pour des raisons raisonnables, ça ne sert à rien, c'est tout papier chiffon à côté des choses graves qui se passent dans le monde, et même la mort de mon voisin.

Comment faire pour avoir des idées tous les jours et en parler ?


Je ne sais pas, ça vient tout seul, les plus petites choses arrivent en premier, le cinéma, les livres, le tricot et la couture, les promenades, les concerts, les vacances, toutes les dentelles de la vie...

Mais souvent je me dis, à quoi bon ?

Le jour ou je vois tout en rose, que tout explose, comme aujourd'hui avec le printemps qui est en bas de chez moi... J'ai de nouveau les idées claires, le soleil, les bourgeons, le rose, le bleu et le violet, ça va faire des mots pour les beaux jours...


La belle vitrine du fleuriste de la rue Montorgueil.

23 commentaires:

la fourmi....... a dit…

coucou, DANIELLE.....
""merci""
je me suis retrouvé a travers tes mots......
sauf que n'ayant pas ton talent,
ayant méme quelques difficultées....
je me limite a des posts ouverts..
comme je les appelle..
j'édite, pour partager...
a la vue des com., j'ai souvent, presque toujours le sourire..
c'est formidable..
et puis,
il y a les "affections",
bien réelles,
du moins pour moi...
des affections,
qui font du bien..
et qui complétent,
celles de la "vraie" vie....
je ne sais pas aussi bien écrire que toi,
mais je me régale,
de tes mots, qui me vont droit au coeur, un plaisir comparable,
a un chocolat.....hummm
j'éspére que tu continueras longtemps, ton blog.....
en attendant, pour le présent,
pour le passé.....
(tes anciens billets)
"""MERCI"""....
bizzz, DANIELLE,
et bon, trés bon week end a toi....

Michelaise a dit…

Je prends un stylo dans chaque main, et je cosigne ton article si tu les permets Danielle... à un ou deux détails près : Venise, j'y suis allée et j'y vais encore souvent, mais les monomaiques à la Serenissime sont assez nombreux, je n'ai donc (même pas) commencé par là... et puis l'intimité : je suis plus "impudique" que toi, car au début (puisque le tien c'était Venise) mon blog était écrit "pour mes filles". Qui le lisent, parfois, mais finalement pas tant que cela. Donc il y avait des détails personnels. Pudiques mais sans détours. D'aucuns peuvent me juger impudique, mais je suis "nature" au naturel que cela ne m'a jamais semblé grave. Pour le reste, j'espère que tu ne m'en voudras pas de m'associer 95% à ton billet !
Et la fourmi parle d'affection, le mot est juste, on finit par se prendre d'affection pour certains blogueurs et/ou lecteurs !
PS mais non, je ne suis pas ambidextre !! banalement droitière !

Danielle a dit…

Ah ! La petite fourmi, merci de venir sur mes feuilles... Et puis de l'affection et du chocolat, que de douceurs...

Pour passer un bon week-end...

Bises à toi aussi d'être là.

Danielle a dit…

Michelaise, mais comment t'en vouloir d'être avec moi à 95 % ?

Mais j'en suis ravie, de l'affection aussi, le chocolat de la fourmi ton bonbon au miel ça me va... J'aime bien ton naturel qui ne s'en va pas au galop !

Chère Michelaise passe un très bon WE

Georg-Friedrich a dit…

Ce billet me rappelle en effet une conversation que nous avons eue autour d'un porc laqué (avec sauce!). Moi aussi, comme Michelaise, je m'associe à ton billet, en refusant un blog dédié à une seule cause, il y en a qui font ça très bien, mais moi je ne pourrai pas parler QUE de Balzac ou QUE d'opéra... J'aime bien la variété et je m'efforce de la ménager. Quant à la vie privée, effectivement, je n'en parle plus, au début, j'étais comme Michelaise, je pensais que seuls mes amis lisaient mon blog, mais finalement non, ou pas tant que ça, donc certains détails très privés n'avaient plus lieu d'être, voilà pourquoi j'ai changé de format et d'adresse (en plus cela m'a joué de mauvais tours). Pour les stats, en revanche, j'en suis obnubilé, et je regarde sans cesse... Mais je ne vois as comment tu peux faire pour ne pas regardé l'application statistique intégrée dans Blogger... On en reparlera sans doute très vite devant des crêpes. En attendant, je vais surveiller ma chantilly!

Georg-Friedrich a dit…

pour ne pas regardER... la belle faute d'orthographe!

zen a dit…

Ainsi, il y a des jours moroses pour toi aussi ?
Mais je suis heureuse de voir qu’ils ne durent pas et que le printemps remet vite les idées en place.
Danielle, c’est quoi ce titre à la noix qui fait peur !
Comment ça « à quoi bon » ?
Ma petite madeleine, ma douceur…je pourrais en être privée ?
Continue Danielle à être comme tu es, à parler des 3 fois rien que tu aimes bien.
C’est tellement beau comme tu le fais.
Avec toi, je passe des rires aux larmes et des larmes aux rires.
Alors reste encore longtemps, longtemps, longtemps… pour notre plus grand plaisir.
Bon dimanche,
Grosses bises

Danielle a dit…

Chère Zen, merci 1000 fois pour la petite madeleine et la douceur, ça me touche terriblement...

Je continue mon fil de bâti et ma paillette...

Passe toi aussi un très bon dimanche, il fait beau par ici...Au pied de mon immeuble l'abricotier est tout rose...

Bises en rose.

Danielle a dit…

Cher GF, vite vite il faut abandonner les sondage, les statistiques et les graphiques...

C'est meilleur pour la santé, reste donc la tête dans les étoiles de la musique, des peintres et de toutes les belles choses que tu fais... Dont tu perles si bien...

Ton blog est magnifique, et tu ne manque pas de lecteurs...

Passe un très bon dimanche, je te bisess du jour, fort.

Enitram a dit…

Comment ne serai-je pas entièrement d'accord avec tout ce que tu écris quand un com de toi me met en joie au fin fond du Gers qui me fait pourtant oublier le quotidien....
Bravo Danielle !
créons du lien c'est important pour nous !!!!
Bon dimanche ! Déjà !
A bientôt

Danielle a dit…

Enitram, oui, créons du lien, du vrai, pas de langue de bois, pas de faux sourires, si je vais jusqu'au Gers pour te mettre en joie, alors vive le voyage !!

Oui, déjà dimanche, mais il fait beau et clair...

Bon dimanche à toi, là-bas.

Bisess du jour.

Artemisia a dit…

Chère Danielle,
Surtout continue a nous dévoiler ton coeur ouvert et qui rassure ! bises Artemisia ( Dominique )

Danielle a dit…

Dominique merci de ta présence... Juste un billet de crise, de réflexion, et je repars...

Merci à toi.

Bises du soir.

autourdupuits a dit…

Ce n'est pas moi qui vais te contredire.
Souviens toi d'un de mes billets il y a quelques temps.
Il est difficile parfois de rester dans la ligne que l'on s'était fixée.
Bien souvent on se laisse emporter et on se laisse aller à confier certaines choses de sa vie car justement comme c'est dit ici et là,il y a de l'affection dans les blogs et comme il est tentant alors de s'épancher.
Moi aussi j'ai supprimé tout compteur,et mon passage à vide d'il y a quelques temps dû à un petit plus de que ce j'ai décrit et venant justement de la blogosphère qui si on n'y prend pas garde reproduit LA VIE dans tout ce qu'elle comprend,eh bien ce passage à vide m'a fait voir ce monde des blogs tout autrement ,maintenant je vais où je veux quand je veux,je cite les uns et les autres selon mon sujet du moment,ma vie, et tant pis pour les susceptibilités
Bises du matin Danielle
Bonne journée

Danielle a dit…

Chère Françoise, merci de ton mail, tu confirmes, s'il en est besoin, qu'il faut rester soi-même partout, en tous lieux, les oreilles et les yeux ouverts sur le monde, dont nous sommes des petites petites particules...

Nous voilà sans compteur et sans attache, avec nos sympathiques visiteurs... Trop chouette la vie !

Passe une bonne journée, avec le soleil.

Bises du matin.

Felice a dit…

Bonjour Danielle,

Comme je suis relativement nouvelle dans le monde de la blogosphère, j'apprends tout autant des billets que des commentaires que je lis sur le petit nombre de blogs auxquels je suis inscrite.

Deux réflexions me sont venues à la lecture de ton dernier billet: tout d'abord, parmi les blogs que je fréquente, j'ai noté deux avenues. Les blogs plus généralistes comme le tien ont moins de membres, mais fidélisent leurs lecteurs par des échanges soutenus. Les blogs consacrés à un seul sujet (Venise, la photographie en Champagne, New York) drainent un grand nombre de membres qui s'intéressent tout d'abord au sujet du blog avant de se préoccuper de la personne qui l'écrit. Ce sont deux avenues, aussi intéressantes, me semble-t-il, l'une que l'autre...

Je me suis aussi posé la question du fait d'exposer ou non son intimité, car je m'apprêtais à rédiger un billet sur la tempête du siècle qui a frappé le Québec il y a 40 ans. Peut-être aurais-je tendance à parler plus facilement de choses relativement personnelles lorsque, ayant eu lieu depuis un bon moment déjà, elles sont devenues souvenirs s'intégrant à toutes les histoires, fictives ou non, qui ont traversé ma vie. Qu'en penses-tu?

Danielle a dit…

Voilà Felice ce que j'en pense vraiment : le blog est un lieu personnel et chacun a le droit d'y mettre ce qu'il veut (bien sûr tout en respectant la dignité humaine, pas de haïne pas d'injure, pas de discrimination...) Si un blogueur a donc envie de se lâcher sur la toile, d'étaler sa vie privée, libre à lui.

Je ne sais pas moi non plus tout ce qui circule sur les blogs, il faudrait en faire une étude qui prendrait beaucoup beaucoup de temps...Les "voix" son innombrables !

Ton observation est très très juste il me semble, concernant les " 2 avenues" des blogs, de leurs lecteurs...et de leur intérêt. En fait, chacun choisit sa famille...

Un peu comme dans une bibliothèque... Les thèmes sont nombreux, le documentaire, la fiction, la biographie, la poésie, la cuisine le fil de bâti et la paillette...etc.

Pour ma part, j'ai choisi de faire "perso" d'écrire d'abord pour moi,et m'exposer, bien sûr. Ceux qui me font l'honneur de trouver mes écrits à leur goût, qui sont touchés,par la forme et par le fonds, c'est total cadeau !! Cela m'encourage à poursuivre ma production : j'écris, je suis lue et entendue, c'est passionnant !

En prenant le parti de parler de ce que je pense sur beaucoup de sujets, je fais des rencontres qui sont bienveillantes et courtoises, cela fait partie du plaisir du partage, j'en suis très touchée.

Je ne porte pas de jugement sur les blogs, puisque ce sont des lieux personnels, mais je choisis de suivre ceux qui m'intéressent.

Je vois bien aussi que des affinités se créées, et je m'en réjouis.

Comme dans la vraie vie, si je peux créer du lien, avec mes petits formats sincères et intéressants, je suis comblée.

Je pense vraiment que le partage rapporte à tout le monde.

Ma crise en fait, est venue de la grandeur du monde en mouvement, et de la petitesse de mes centres d'intérêts partageables, ma lucidité est un peu bousculée, par les priorités qu'il y aurait à discourir sur les grandes questions du monde... Mais comme je ne peux pas y changer grand chose, autant continuer mes bavardages personnels.

Et puis à ces mots : chocolat, affection, merci, reviens, 95%, madeleine, douceur, joie, larmes, rire, coeur, qu'en penses-tu ?...C'est que du bonheur pour moi.

Tu vois ? C'est pas trop flou ?

Par contre un billet sur la tempête qui a frappé le Quebec il y a 40 ans, tout le monde l'attend, moi la première, merci d'avance Félice, à tout tout bientôt :-))

Bises du soir.

Felice a dit…

Le billet est en ligne!

Bonne journée ou bonne soirée!

Danielle a dit…

J'y vais Felice.

Bises du jour

beatrice De a dit…

Belle diatribe ! Beau texte, digne d'une grande öcrivaine, pas vaine.
Si toutes les crises devaient produire une prose pareille, vive les crises pour la création.

Connais-tu le langage des nuages ? Beau temps, orage, pluie. Le tient veut-il dire orage en mon âme ?

Laissons passer.
Un petit coucou chaleureux de Lausanne.

Danielle a dit…

Béatrice merci 1000 fois, ton avis m'est précieux...

Je ne connais pas le langage des nuages, mais le mien pourrait parfaitement s’appeler comme ça...

Bises du jour à toi, à tout bientôt.

Maïté a dit…

J'aime bien lire toutes tes petites histoires, les choses de la vie, le quotidien, l'inattendu, et surtout tu sais si bien les écrire ; moi qui ai tant de mal à écrire ne serait-ce qu'un commentaire...je ne peux que te dire que je prends du plaisir à te lire. Bonne fin de semaine !

Danielle a dit…

Maïte, il est très beau ton commentaire, merci très fort.

Bonne journée à toi.