dimanche 25 juillet 2010

Fleurs fanées et biches aux abois...


J’ai flâné encore, aux Puces de Montreuil… Pour y photographier toutes ces tapisseries encadrées comme des tableaux de maîtres, minutieusement brodées par des mains de femmes (car je ne connais, autour de moi, qu'un seul homme qui brode). Je dois cet intérêt au fait que, ayant beaucoup brodé moi-même, au point de croix, je connais la passion, le temps nécessaire qu'il a fallu pour exécuter le moindre petit canevas.




A chaque fois, je choisissais avec enthousiasme des thèmes que j’adorais broder : abécédaires, fleurs, copies de modèles anciens, et quelque fois même je me risquais à improviser de façon originale mon propre arrangement…

Souvent, avant d’entamer un nouveau modèle, je me posais la question de son utilité ?


Pour contourner cet obstacle, je brodais pour mes amis, ma famille, chaque occasion était bonne pour improviser un monogramme sur un torchon, un mouchoir, faire et refaire l’alphabet en rouge, en blanc, avec des fleurs, des fruits, des papillons, des arabesques…Tout l’art résidait, à mes yeux, dans le fait de broder avec le plus de fils possible, disposer d’une grande palette de couleurs très subtiles, trouver des thèmes originaux. Le fin du fin était de broder avec un seul fil, la finesse de l’ouvrage était magnifique, avec un peu de recul, on croyait voir une aquarelle.


À Noël, je brodais des torchons, aux anniversaires plutôt les abécédaires, très appréciés, aux naissances, c’étaient les fils métalliques dorés et cuivrés…Avec les prénoms des nouveau-nés, les souhaits de bienvenue dans ce monde.

Je connaissais les adresses de toutes les merceries et boutiques d’ouvrages de dames de Paris, avec Internet, j’ai même poussé mes investigations en grande banlieue. Et puis, j’ai fait comme toutes ces dames, encadrer mes œuvres, et je les ai accrochées, toutes au même endroit, dans un petit coin de mon appartement, sur une cimaise, pour éviter la dispersion dans toutes les pièces.


Car si les brodeuses n’y prennent pas garde, les fleurs, les alphabets, les papillons et les fruits grimpent lentement, inexorablement, sur tous les murs de la maison, comme le lierre, les points de croix et les demi-points s’accrochent partout.


Au bout de plusieurs œuvres, exécutées avec amour et patience, fierté même pour certaines, je me demandais toujours ce que j’allais bien pouvoir en faire ? Encore une à encadrer, à accrocher, où ? La cimaise était pleine.

À chaque nouvel ouvrage, je repoussais la question… Jusqu’au jour où j’ai cessé définitivement de broder.


En somme, j’ai sauvé les murs !

Alors, vous pensez bien que les tapisseries au demi-point, ou point de tapisserie (que je n’ai jamais pratiqué) qui traînent dans les rues, et tout spécialement aux Puces de Montreuil, me donnent du vague à l’âme. Personne, absolument personne n’en veut, d’ailleurs les héritiers les mettent aussitôt sur le trottoir, il faut dire qu’elles sont particulièrement moches mais toujours très bien exécutées, car il faut autant de temps pour faire quelque chose de laid que quelque chose de beau, le temps ne fait rien à l’affaire.

Que de temps passé à compter, à tirer l’aiguille, à rêver, à ne plus penser, pour chaque figure ?

Précipités sur les étales des brocanteurs, la tête en bas, à la pluie ou au soleil, à la poussière, les jardins se sont fanés, les biches attendent le chasseur…

Mais j'ai connu une brodeuse (il y a bien 20 ans) une artiste, une vraie, qui brodait uniquement au point compté, comme personne, des poèmes, des jardins potagers, des troupeaux de vaches, sur des vieux tissus de lin, des oeuvres admirables, d'une très grande poésie, un savoir faire, une élégance, une originalité, jamais égalés, elle s'appelle Michèle Gleizer, peut-être avez-vous croisé ses oeuvres dans quelques musées ou expositions ? Je viens d'apprendre d'ailleurs, que j'ai raté un exposition d'elle, au mois de juillet, à Paris...


Quand j'ai vu ses oeuvres, je me suis dit : c'est comme ça que j'aurais aimé broder. De la même manière, après avoir lu A la recherche du temps perdu de Proust, je me suis dit : je vais avoir du mal à lire autre chose... J'ai mis des années avant de pouvoir lire à nouveau, des romans...

24 commentaires:

Artemisia a dit…

J'ai bien aimé ta phrase " il faut autant de temps pour broder quelquechose de laid que quelquechose de beau " m'enchante ... C'est comme en peinture ! Mais c'est vrai que, même bien faits les canevas "biches au bois" c'est difficile a caser !

autourdupuits a dit…

Je me suis beaucoup reconnue.
J'ai moi aussi fait beaucoup de point compté.
Mais rien à encadrer,de l'utile car dans ma campagne profonde j'avais vu trop d'horreurs,Dame à la Licorne comprise, et les WC n'ont jamais que quatre murs!!
Ah Michèle Gleizer,c'est tout autre chose....

Album vénitien a dit…

Nous sommes donc en famille..à mon tour de dire " il était une fois les fils , les perles et les aiguilles "que je ne sais d'ailleurs plus enfiler...Ma fille , elle, a gardé tout son enthousiasme pour la dentelle au fuseau et pour le point de croix...miniature..c'est sa façon à elle de se détendre après une journée à supporter des étudiants de plus en plus "décalés"...Moi j'ai rangé et mes pinceaux et mes écheveaux...peut être ai-je eu grand tort???

VenetiaMicio a dit…

Lors d'un de mes séjours à Venise, il y avait un Américain qui logeait au même hôtel que moi, et chaque soir lorsqu'il rentrait de ses promenades, il s'installait sur la terrasse donnant sur le grand Canal et se mettait à son ouvrage !
J'ai eu la chance de voir le travail d'une dame qui vivait ici en Provence, Nicole Renard qui a brodé l'évangile selon St Jean sur 140 mètres de pages de lin.
Dans le Luberon, il y a aussi au chÂteau de l'Ange la célèbre brodeuse Edith Mézard, là aussi j'ai vu son travail.Le linge de table, le linge de lit brodé, je trouve cela très beau.
Les ouvrages sur le linge sont toujours d'actualité mais les tapisseries ou canvas font partie d'une autre époque, et cela a vraiment mal vieilli.
bise
Danielle

Danielle a dit…

Artemisia, c'est vrai, ça m'a fait rire ce que tu dis "c'est difficile à caser"...

Comme il faut autant de temps en effet pour... Il faut bien choisir son camp :)))

A tout bientôt.

Danielle a dit…

Tu n'a donc pas fait encadrer tes ouvrages ?

Je vois que tu connais Michèle Gleizer...

En fait elle a bien contribué à me faire arrêter de broder... C'était trop beau...

Passe une belle soirée.

Danielle a dit…

Danielle (AV) tu as donc tout rangé toi aussi...

Tu ne vas pas nous faire le même coup avec ton blog :)))

J'ai beaucoup travaillé les perles aussi, tout au début de mon blog il doit y avoir quelques photos...

Bonne soirée Danielle

Danielle a dit…

Un Américain brodeur, bravo ! il fut un temps où dans les maisons de couture c'était les hommes qui brodaient... Les brodeuses (que je ne connais pas) dont tu parles font envie... Je vais aller voir sur Internet si je trouve leur travail.

Par contre, le point compté fait encore des ravages, mais c'est très joli.

A tout bientôt Danielle.

beatrice De a dit…

Votre petite phrase pleine de vérité, est très amusante *Il faut autant de temps pour broder quelque chose de moche que de beau !
Dans la broderie *passe temps* ( j'allais écrire * bonne femme), je n'aime que les abécédaires, que je n'ai jamais pratiqué. Mais, ai vu une collection accrochée aux murs d'une connaissance. je dois avoué que c'est très joli. Il y en a qui collectionne les abécédaires anciens.
Se poser la question * quel en est l'utilité ?* Je me la suis posée à Aubusson, quand j'ai visité la fabrique St. Jeans où il n'y a presque plus de commandes. Les tapisseries réchauffaient les murs des châteaux... mais maintenant ? J'en parlerais dans le blog très bientôt. Bien sûr à l'état de hobby, ce n'est qu'une question de goût... et de patience. L'utilité ? un joli passe temps.

beatrice De a dit…

Pour des modèles de broderie tout à fait exceptionnels : Kaffe Fassett. Un Américain peintre de son état, établi à Londres. Il est devenu une vraie institution à lui-seul, avec ses modèles de tricots et de petits points. Découvert les fils de laine en allant en Ecosse avec un ami, faire des achats de tissus pour sa boutique. Il a un site et une *news letter* auquel tous le monde peut s'abonner. Allez-y juste pour vous rincer l'oeil. J'ai tricoté un modelé à Londres sans savoir qui il était.
Beaucoup plus tard une amie m'indique une expo de tricot que je ne devais pas manquer. J'ai accouru au V and A, musée de Londres, et là qu'est ce que je vois... mon tricot. Cela fait une drôle d'émotion quand on croit que son tricot, même pris dans un catalogue Jeager, est unique.
Il m'a fallu beaucoup tricoter des modéles des autres avant de piger et pouvoir créer mes propres modèles.
Allez voir, * les tricots de Béatrice De* Même adresse.

beatrice De a dit…

J'ai brodé des habits. pour égayer une robe grise aux emmanchures. Sur le blog * Les tricots de Béatrice De *.

Sur un pull du commerce qui avait une bande contrastée sur une seule manche. Rebrodé cette bande.

Je crois aussi sur le blog * les tricots...

Danielle a dit…

Merci Béatrice de tous vos commentaires, je vais voir tout de suite sur votre blog tricot, que j'ai déjà visité par ailleurs, il y a tellement de belles choses, vous êtes une véritable artiste...

Je dois dire que moi aussi j'ai un faible pour les abécédaires, j'ai aimé en faire.

Il y a de véritables oeuvres d'art dans ses broderies...

A bientôt et merci Béatrice. Je vais de ce pas chez vous.

Georg Friedrich a dit…

Quelle belle histoire Danielle! J'aime beaucoup les photos que tu as prises et comme Artemisia, j'aime beaucoup la phrase : " il faut autant de temps pour broder quelquechose de laid que quelquechose de beau " Et je suis content, moi, d'avoir un bel abécédaire et de jolis torchons brodés qui ne finiront jamais sur les trottoirs des puces (j'aime beaucoup la photo avec la livre de Decaux, les tennis, l'image sainte, etc., toutes ces couches de vies éparpillées rassemblées dans le cadre d'une photo)

Danielle a dit…

GF, je suit plus que touchée par ton commentaire. J'ai passé du temps avec bonheur pour les broderies que je te destinais.

Merci de tes mots.

Bisesss du jour, beau !

Amélie Textiles a dit…

Maintenant certaines utilisent ces canevas de manière "détournée" pour recouvrir des sièges par exemple.
L'une des brocanteuse qui expose aux Puces de Vanves en avait exposé en mai 2009 à l'occasion de l'opération
"Artistes du Dimanche".

Danielle a dit…

Un détournement, quelle belle idée !

Vive les artistes qui s'emparent de tout, absolument tout.

Merci de votre contribution chère amie, ça fait plaisir.

Bonne journée...

Anonyme a dit…

hey your blog design is very nice, clean and fresh and with updated content, make people feel peace and I always like browsing your site.

- Thomas

Danielle a dit…

merci Thomas de votre gentil message (que j'ai fait traduire) ça me fait un très grand plaisir de vous lire.
Pourriez-vous me dire de quel pays vous écrivez ?

A très bientôt j'espère.

Anonyme a dit…

Ce post m'a beaucoup aide dans mon positionnement. Merci pour ces informations

Danielle a dit…

Merci de votre passage ami inconnu...

je suis ravie d'avoir pu vous aider dans votre positionnement ?

A bientôt...

Anonyme a dit…

Thank you for the work you have done into the article, this helps clear up some questions I had.

Danielle a dit…

Ami inconnu merci d'être passé dans mes fleurs fanées et mes biches aux abois...

A bientôt.

Dominique a dit…

A quoi ça sert de tapisser comme je l'ai fait pendant au moins trente ans avant de me recycler dans le point de croix ? Mais une véritable thérapie tant physique que morale !! C'est un déstressant bien connu : je crois que des comédiens brodent avant d'entrer en scène et un ami m'a raconté avoir voyagé en train avec des hommes d'affaires apparemment qui maniaient lestement l'aiguille... Mine de rien, ça ravigote l'estime de soi-même de faire éclore entre ses doigts une fleur, un papillon ou une vache qui fait "Meuh !" comme celle que j'ai offerte à un de mes amis (lequel m'a demandé "Mais pourquoi elle ne fait pas "Miaou ??"). C'est aussi un dérivatifs aux soucis trop lourd que d'ouvrir son logiciel et que de se lancer dans l'élaboration d'un modèle (de papillon pour moi) en tâchant d'y caser le plus de couleurs possible, d'imprimer le tout, de coller ensemble toutes les parties du projet puis de colorier un peu ici et là pour que toute cette forêt de symboles soit lisible en écoutant de la musique (baroque !!) et en se battant avec le chat qui veut se coucher dessus !
Quel plaisir cela va être d'offrir à deux amies qui vivent ensemble depuis plus de 30 ans une broderie sur laquelle je suis depuis le 24 Décembre 2012 à l'occasion de leur mariage (mais si, la loi va passer...)

Danielle a dit…

Dominique, tes amies auront bien de la chance de recevoir ce magnifique cadeau :-) pour leur mariage, d'ici cet été je pense... Dis-moi Dominique quel est le thème de cette broderie ? Si tu pouvais m'envoyer la photo sur mon adresse mail je serais enchantée... 30 ans de vie commune, mariage d'amour à la clé et ton superbe cadeau elle auront une belle fête, vive les mariées... Qu'elle bonne idée cette broderie...

Moi aussi j'ai vu des hommes broder, mais encore assez rarement. Je dois dire que la broderie m'a beaucoup aidée à réfléchir...

Tes ouvrages remplis de couleur doivent faire envie, j'adore les papillons...

Ton enthousiasme est très communicatif, j'ai presque envié de m'y remettre :-))

Merci Dominique d'être passée par-là, je te laisse broder, le temps presse...

Bises du jour.