jeudi 17 avril 2014

Un dimanche des Rameaux à Paris...


"Une patiente", dimanche des Rameaux à Saint-Nicolas-Des-Champs (Paris 3e) 

Il faisait beau ce dimanche, j'ignorais totalement que c'était le dimanche des Rameaux, mais ceux qui me suivent savent que je suis une croyante de nulle part... J'avais décidé d'aller faire quelques photos dans cette église (Saint-Nicolas-des-Champs) tout près de ma station de métro "personnelle", Arts et Métiers, elle renferme des trésors. De très belles œuvres méritent le détour, ainsi on peut admirer un magnifique retable monumental (un des seuls qui existent encore en place dans une église parisienne), composé principalement de deux grandes toiles de Simon Vouet (1629) sur le thème de l'Assomption. Sur le pourtour du choeur, dans la sixième chapelle de la Vierge, un grand grand tableau que je trouve extraordinaire, de Georges Lallemand (17e siècle) : Notre-Dame de Pitié, très émouvant, magnifiquement exécuté. La Vierge semble prendre à témoin le spectateur, ses yeux nous disent : regardez mon fils bien aimé, comme il a souffert pour vous. Le tableau est exposé dans dans une petite chapelle latérale, il faut raser les murs pour le prendre en photo, rentrer quasiment dans le confessionnal pour l'avoir en entier et à peu près éclairé équitablement par la lumière naturelle qui vient de la fenêtre de gauche, et l'éclairage électrique violent du projecteur placé en haut du confessionnal, juste en face de l'oeuvre.


 Notre-Dame de Pitié (1620) Georges Lallemand 








Détails...

Cette oeuvre surprend par la splendeur des formes, la beauté des couleurs éclatantes et l'émotion qu'elle dégage. Le couple divin est en appui sur la croix, selon un axe vertical, les gestes de la mère reprennent ceux du fils. Autour d'eux se rangent les autres personnages, formant un équilibre parfait et très classique, à gauche, en grisaille, Joseph d'Arimathie et Nicomède éplorés portent la couronne d'épine, à droite de saintes femmes sont en pleurs, leurs vêtements sont de couleurs assez pâles. Cette mise en perspective chromatique guide notre regard vers le premier plan : Marie, Jean et Marie-Madeleine, enveloppés dans des tons chauds, sont associés à l'intérieur d'une pyramide, élément fort de la composition. La Vierge, symboliquement, en occupe le sommet, c'est poignant !

Georges Lallemand (vers 1575-1630) est un un peintre très actif sur Paris, le succès est au rendez-vous, il reçoit commande d'importants décors à la fresque et de retables pour les églises parisiennes. Le contrat prévoit (pour la Vierge de Pitié) : "un grand tableau d'autel 2,26 x 2,02 m qui sera de nostre dame de pitié avec plusieurs figures pareillement en grand volume".

Plus loin, dans une autre chapelle dédiée au Saint-Sépulcre, tout en haut, sous la voûte, des fresques attirent mon regard : deux soldats gardent le tombeau vide du Christ, en face deux anges présentent le suaire soutenu par un angelot, d'une fraîcheur incroyable. La restauration par la ville de Paris date de 2012, le Christ ressuscité apparaît au milieu de la voûte, si la photo est un peu floue, elle le doit uniquement à la difficulté que j'ai eue à maintenir mes bras en l'air sans bouger !






Les soldats près du tombeau du Christ


Le Christ ressuscité


Les anges et le Saint-Suaire

Ces fresques sont  attribuées à Michel Corneille (1603-1664), éblouissantes !


Je suis restée un bon moment dans cette église à observer tout ce qui s'y passait, le soleil qui pénétrait largement par les grandes baies latérales redonnait à chaque objet un lustre et un relief extraordinaires, la paille des chaises brillait, j'en ai profité....



La paille des chaises, luisante...

J'ai fait aussi le tour des petites chapelles, chacune attribuée à un(e) Saint(e) différent(e), une des chapelles était en restauration, j'ai remarqué les corbeilles de jonc "à petits papiers"... Les demandes, les petits mots, les vœux des gens y abondaient, je me suis penchée sur eux, touchée...






 Sans doute beaucoup beaucoup d'espoir, de suppliques, de prières...

Je remarquais ça et là, assis sur des chaises, des hommes qui dormaient, mangeaient, se reposaient, attendaient je ne sais quoi, dans l'ombre discrète d'un pilier ou d'un Saint, le temps passait sans bruit à l'abri du monde... Un homme, jeune encore, s'est prosterné devant la Pieta, caressant et embrassant les pieds du Christ. En m'approchant plus tard à sa suite, j'ai vu que la couleur de la pierre était changée, tant de mains, de fronts, de joues, de lèvres  l'avaient effleurée....



Les pieds du Christ polis, recolorés par la dévotion des fidèles

En sortant, éblouie par le soleil, j'ai poursuivi ma route vers la porte Saint-Martin, et j'ai pris en pleine face le très beau Théâtre de la Renaissance, dans le calme de la circulation du dimanche...




14 commentaires:

ELFI a dit…

je fais mon possible pour lire et surtout voir tes photos...avec un wifi très lent... mais l'histoire de l'autobus m'a touché... superbe!

Danielle a dit…

Merci chère Elfi pour toutes tes visites? J'espère que tu arriveras aussi à voir les photos.

Passe un bon WE, bises du matin.

Marie Claude a dit…

J'aime aller dans les églises surtout lorsqu'il y a peu de monde ou personne...
Celle que tu nous fais découvrir est particulièrement belle et intéressante!
Bisous du matin

Danielle a dit…

Marie-Claude c'est vrai, certaines petites églises parisienne offrent des merveilles dans un calme absolu...

Celle de Nicolas-des-Champs vaut le détour...

Je te bises fortes du jour.

marie claude a dit…

Coucou Danielle
C'est vrai que si je reviens à Paris je ne manquerai de m'y rendre,je pense comme tu dis qu'elle vaut le détour.
Bisous du soir

Danielle a dit…

Oui Marie-Claude si tu passes par là tu seras contente, rien que pour ce tableau de G. Lallemand...

Bises du soir.

Brigitte a dit…

Ce qui me touche dans ce billet ce sont les corbeilles de petits mots appelant des voeux...
Le calme des églises peut être très apaisant mais je ne m'y rends guère .
Belle journée à toi Danielle
Bises du midi

Danielle a dit…

Oui Brigitte, moi aussi ce qui me touche ce sont les petits billets...

Après, je suis partie à New-York...

J'en reparle très vite...

Bises à toi Brigitte.

Brigitte a dit…

Rhooo la la ...oui raconte vite !!!
Bises toutes mouillées

Danielle a dit…

Chère Brigitte, je reste encore sous le choc de NY, pourtant j'y étais venue une fois déjà...

Oui, j' en reparle...

Bises fortes à toi.

Fred a dit…

Merci pour ces photos et cette lumière. Ça fuse de partout. C'est surprennant et on ressort de la visite virtuelle de cette église un peu sonné par tant de beauté.

Danielle a dit…

Merci Fred de votre visite, c'est vrai cette église est passionnante...

Cordialement.

Camille Boudiel a dit…

Chère Madame,

Travaillant notamment sur la peinture du XVIIe siècle français, je suis très touchée de voir votre enthousiasme à explorer les oeuvres de saint Nicolas des Champs. C'est pour des gens aussi passionnés que vous que nous faisons ce métier (et aussi pour convaincre les néophytes :) ) Vous savez en outre cueillir le jour, quelle belle qualité !
Aviez-vous pu voir l'exposition "les couleurs du ciel", sur les peintures françaises des églises de Paris au XVIIe s ?

Danielle a dit…

Merci Camille de votre passage dans mes lumières, j'en suis très touchée.

C'est vrai que j'ai été enthousiasmée par les oeuvres, les restaurations effectuées dans cette belle église.

Hélas ! non je n'ai pas vu cette exposition sur les "couleurs du ciel" dans les peintures du XVIIe et je le regrette, car j'avais vu l'information...

Je salue votre travaille de fée talentueuse, si vous êtes restauratrice (?)

A bientôt peut-être, très cordialement.