vendredi 2 mars 2012

Mon film de campagne... Bovines !


Vous imaginez bien que ce film était pour moi, les vaches, la campagne et les petits oiseaux... Comment résister ?

Un documentaire sur mon animal préféré, je ne pouvais pas le rater. J'ai flâné, j'avais du temps avant la séance, je me suis dit : je rentre à la dernière minute, un docu sur les vaches, il y aura de la place, j'étais contente d'aller un peu à la campagne, j'allais en apprendre des choses sur mes amies les bêtes...

Quand je suis rentrée dans la salle, c'était plein comme un oeuf, nous étions des tas d'amis des vaches, j'ai eu un bon fauteuil isolé, parfait, tout le monde avait le sourire, l'ambiance était détendue, nous venions respirer un bol d'air, en plein Paris, c'est rare !

Ma voisine de droite me dit : nous sommes Normandes, le voisin du rang arrière riait de toutes ses dents, à ma gauche la dame était étonnée qu'il y ait tant de monde... La campagne à la ville, c'était pour maintenant.

Bovines, c'est donc des vaches dans un pré. Voilà, je vous ai raconté l'histoire !

Rien de plus ? Non rien, mais tout est dit, sauf que t'as pas l'odeur !


Vous êtes une heure (c'est court...) avec les belles charolaises, celles qui allaitent leurs petits par tous les temps, en plein champ... Quelques fois vous voyez une camionnette qui vient chercher leurs veaux, mais ça se supporte. La caméra leur caresse l'échine, les regarde droit dans les yeux... On se prend tout de suite d'amitié.

Le reste du temps vous êtes dans les champs, vous pouvez presque les toucher, du matin au soir vous voyez toutes les étapes de la journée, la pisse, la bouse, pas de secret, un vêlage, vous n'en croyez pas vos yeux (pour ceux qui n'ont jamais rien vu) et hop ! Le petit est là en un clin d'oeil, on entend dans la salle : oh ! ah ! comme à Guignol. C'est un jeu d'enfant.

Sous le pommier bien élagué par les langues de ces dames, c'est un régal, elles secouent les branches et l'on entend le bruit des pommes tomber à terre, le craquement bien croustillant du fruit sous leurs dents... Quand il pleut vous êtes trempés jusqu'aux os, avec elles, vous vous demandiez justement comment elles faisaient pour rester là, sans bouger, sans parapluie, et bien voilà, regardez... Vous les aimez davantage encore... Ces héroïnes.

Les vaches, ces beaux animaux, sont filmées sans dessus dessous, avec tendresse et beauté. Quand on les séparent de leurs veaux, elles pleurent longuement, ça peut énerver, mais c'est de la tristesse... On peut même se dire : j'mangerais plus de viande, et puis on oublie.

Tout ce que vous avez vu de façon parcellaire dans votre vie en regardant les vaches dans un pré... Ici on vous montre tout, c'est un raccourci de beauté, rassemblé en une heure, du matin au soir sans bouger de votre fauteuil, vous pouvez admirer les vaches sans un mot d'explication, ni statistiques ni discours superflus, pas d'explication de texte, rien que des images de vaches, c'est du contemplatif animé, de façon docu exotique, aussi beau que celui que vous avez pu voir sur les poissons volants ou les chimpanzés, dans toute leur majesté. Animaux en voie de disparition ? Méfions-nous !

Tu as aussi les paysages, les brouillards, les journées ensoleillées, les mouches sur leurs dos, sur leurs yeux... Tu as tout, sauf l'odeur...

A la fin de la séance, il y a eu des applaudissements, je n'en revenais pas, à Paris c'est comme ça, on adore la campagne !

Allez-y, le bonheur est dans le pré, plaisir assuré !


Le fermier qui habite à côté de ma location d'été préfère mille fois la viande des vieilles vaches à la charolaise : "elle n'a aucun goût"

14 commentaires:

autourdupuits a dit…

J'ai beaucoup aimé

Danielle a dit…

Oui Françoise, un très beau film de propagande bovine des près :-)))

Bises à toi.

Marie-Josée a dit…

Tes charolaises m'ont rappelé un séjour dans le Morvan à la ferme d'une amie, Marie-Luc, et le cri qu'il fallait moduler pour les appeler à l'heure de la traite : «Viens, ici, viens!»

Quant au petit veau, vois-tu, c'est ce qui fait que je ne mange plus que du poisson et un peu de poulet!

Je t'envoie par courriel -je ne saurais pas l'insérer ici- une vache canadienne qui a bien froid ces jours-ci!!!

Bonne fin de semaine

Enitram a dit…

Ici, le film n'est pas encore arrivé ! Le passeront-ils d'ailleurs ?
De la fenêtre de ma salle de bain je vois des vaches, normandes et hollandaises et elles m'apaisent et je vais de temps en temps chercher mon lait à la ferme voisine...
Tu me donnes envie de le voir, ce film qui raconte la campagne des vaches ! Un paysage qui m'est pourtant familier !
Par ici, Marie-Josée on les appelle en criant "tiens, tiens !!!"
Belle fin de semaine ! Meuh !!

Danielle a dit…

Marie-Josée, merci je vais voir tout de suite la belle vache dans mon couriel...

Moi aussi je suis au poisson, poulet, lapin... Je laisse les autres brouter dans leur prés :-)))

Bises de toute la journée à toi.

Danielle a dit…

Enitram, j'envie beaucoup ton paysage de fenêtre... Le lait de ta voisine...

L'été, dans ma petite maison (louée) de l'Indre je me régale de toutes ces belles vaches à proximité...

A Venise elles me manquent aussi :-)))

Bises Enitram.

Françoise a dit…

Vins, ça vins, ça vins, vins, vins, vins !!!
Voilà ce que "criait" mon père pour rassembler son troupeau (en Touraine Sud).
Il n'allait pas à l'étable mais à la vacherie.
Votre billet est "vachement" intéressant comme à l'accoutumée. Je guette le film.

Bises.
Françoise.

Bretonne a dit…

Sans doute un très beau film mais je n'irai pas le voir, âme trop sensible sans doute. Depuis que j'ai visité un "poulailler" industriel et un abattoir pour porcs, c'était il y'a fort longtempsdans le cadre d'étude de géographie, il y a des images que je ne supporte plus.
J'ai cependant beaucoup de plaisir à voir nos amies les vaches dans les champs.

Danielle a dit…

Françoise, je vois d'ici votre père aller à la vacherie...

Vous connaissez la question mieux que personne !

Vivement l'été dans les prés.

Bises du matin.

Danielle a dit…

Bretonne, je comprends, je comprends, mais dans Bovines, seules les scènes des petits veaux emportés par les gros camions sont un peu tristes, mais...

Le reste tout le reste vous aimerez...

Bises du matin gris.

autourdupuits a dit…

Pour continuer dans cet esprit je te conseille L'hiver dernier
Je l'ai vu aujourd'hui c'est très beau,il faut en accepter le rythme.
J'ai souvent lu dans les critiques le mot requiem oui c'est cela un requiem,même si le morceau de musique dite classique que l'on peut y entendre n'est pas un requiem mais le Gloria in D R589 de Vivaldi

Danielle a dit…

Françoise merci du tuyau, je vais regarder ça de près :-)))

Bises du soir et re-merci d'être repassé par chez moi.

Michelaise a dit…

je m'étais dit que j'irais le voir quand il sortirait par cheu nous ! en l'honneur du fiancé que je n'ai pu me résoudre à épouser (j'avais 17 ans maxi !!) car ... il élevait des vaches et, de toute évidence, leur a consacré sa vie !! semaines week-end, été, hiver, pas un instant de répit !! et il fallait habiter chez les beaux parents... j'ai pas eu le courage ! il vient juste de les vendre ses vaches, enfin presque car il en a gardé quelques unes pour le plaisir !! il m'en a toujours parlé avec des accents pleins d'émotion !!!!

Danielle a dit…

Michelaise, trop belle ton histoire "d'amour vaches"

J'espère que ce beau film passera cheu vous, l'histoire de tes 17 ans irait bien dans ce superbe décor...:-)))

Je te bises fort chère Michelaise, encore merci.