jeudi 21 avril 2011

Le 104... Rue d'Aubervilliers à Paris.


Entrée par la rue d'Aubervilliers

En passant en voiture devant le 104 (côté rue Curial), j'ai vu trôner dans la cour un très gros manège rouge et carré, ce qui est rare... J'ai eu envie d'aller y voir de plus près... On dit : je vais au 104, comme on dit : je vais à l'Opéra, c'est un lieu, on oublie le nom de la rue... En fait on peut y entrer par la rue Curial ou la rue d'Aubervilliers, c'est tellement grand.

Ouverture non stop !

Mais c'est quoi le 104 ? Je vais vous raconter ce que j'ai vu, ce que j'ai appris : je connaissais ce lieu de nom, et n'y étais jamais venue. J'ai juste suivi les péripéties de sa mise en route, les nombreuses critiques sur la sous-utilisation des lieux et sur la mauvaise direction bicéphale : un gros budget annuel de fonctionnement (12 millions d'euros), peu de public, des activités artistiques qui peinaient à se développer.

Brièvement, ce grand ensemble immobilier (39 000m²) magnifique, situé dans un quartier très populaire, fut construit en 1873 par le Diocèse et servait de Pompes Funèbres. Après la séparation de l'Église et de l’État en 1905, s'est crée le Service Municipal des Pompes Funèbres (SMPF). Ce monopole municipal de la pompe funèbre a pris fin avec la loi Sueur du 8 janvier 1993. Sur le site de la rue d’Aubervilliers, l’activité a décliné progressivement, jusqu’au départ du dernier employé en 1997. Durant les années de pleine activité, 27 000 corbillards partaient chaque année du SMPF, 1 400 personnes y travaillaient, dont une quarantaine de femmes. Sur le site se trouvaient donc des bureaux, des écuries, un service d’état civil, des ateliers, une cantine, un coiffeur, un cireur, des logements pour les employés d’astreinte, des entrepôts pour les mâts et les tentures, etc.

En 2008, ces énormes bâtiments (classés) sont entièrement réhabilités (coût des travaux : 102 millions d'euros), ils deviennent un établissement artistique de la ville de Paris, dédié à la création et la production artistique, d'envergure internationale, il doit favoriser la rencontre de tous les arts avec leurs publics. Mais ce projet ne marche pas bien, le public n'est pas au rendez-vous, le budget est en déficit. Une nouvelle direction est nommée en mars 2010...

La dame qui dort

Le labyrinthe pour les enfants.

Quand je suis passée, en touriste, j'ai eu le sentiment d'un grand vide, il y avait des enfants des centres de loisirs du quartier (?) qui étaient venus faire un tour dans le labyrinthe en carton ondulé, installé par un artiste, Michelangelo Pistoletto... Dans la grande halle une dame dormait dans une chaise longue, le lieu de promenade devenait lieu de sieste, au milieu du bruit... De jeunes acteurs répétaient des textes pour participer au casting d'un film dans les locaux... Ça et là des promeneurs comme moi venaient en curieux faire le tour du propriétaire...


Quelques boutiques comme Emmaüs, une librairie, des restaurants, des cafés, proposent leurs services...

Des ateliers d'artistes sont occupés (?) par des artistes en résidence, ils peuvent aussi être loués...

Deux salles de théâtre sont également proposées à la location... Des spectacles son programmés, surtout de la musique actuelle.

La maison des petits

Une Maison des Petits accueille des jeunes enfants de 0 à 5 ans et leur famille, dans un espace de rencontre et de sensibilisation à la création par le jeu et l'expérimentation. C'est un lieu de parole et d'écoute où des professionnels de la petite enfance sont disponibles pour les enfants et leurs parents... Il y avait quelques petits enfants et leurs parents à l'intérieur.

L'art amateur dans un espace appelé CINQ est destiné aux habitants et aux associations des 18e et 19e arrondissements...

Le grand manège carré


Les petites bêtes...

Les grosses bêtes

Côté Curial il y a un grand manège rouge, superbe, carré, de 300m², composé d'un bestiaire imaginaire de : 3 buffles géants, 4 insectes grimpeurs, 10 insectes sur rail, 3 têtes de poissons et quelques autres facéties poétiques... Le concepteur de ces machines extraordinaires est François Delarozière, c'est lui qui inventa les grosses bêtes, les machines fantastiques, les personnages merveilleux de la Compagnie Royal de Luxe (la Petite géante, les éléphants, les girafes...). Ces machines ont voyagé dans le monde entier, et j'ai eu la grande chance d'en voir quelques unes déambuler dans les rues d'Amiens il y a quelques années, j'en garde un souvenir inoubliable, une émotion forte, une impression de moment rare, si cette Compagnie vient près de chez vous, prenez un jour de congé et restez dans la rue pour voir passer les nouvelles créations...

Il y a sans doute des tas de choses intéressantes qui se passent au 104 et qui restent à découvrir, ma courte visite ne m'a pas permis d'en savoir d'avantage, il faut sûrement de la pratique et de la curiosité pour en pénétrer les mystères...

Si j'ai bien compris, le lieu s'efforce, entre autres, de s'immerger dans le quartier en attirant du public de tous âges sur des activités artistiques...

Le tableau urbain.

À la sortie, encore sous la voûte du 104, je fus saisie par la beauté du paysage urbain qui se dressait devant moi, des tours jaunes et blanches qui faisaient une immense toile de peintre, sur un ciel bleu.

Le mur peint.
Plus loin encore, tout à fait à la sortie côté Curial, à gauche en longeant un peu la rue, au carrefour, il y a un grand mur peint en trompe-l'oeil éblouissant, grand et bien construit... Pour 10 ans au moins...

Allez voir par vous-même, prenez des photos, voyez si l'espace est à la hauteur des ambitions municipales... Bonne promenade !

Le 104 est une belle affaire à suivre...

4 commentaires:

autourdupuits a dit…

Un nouvel idéal de culture dans ce bâtiment de la lignée Baltard.
Pour autant que je m'en souvienne il était question d'insertion sociale à travers l'art.
J'ai plutôt l'impression que cela devient le lieu branché,rien que la conception ,la mise en scène chez Emmaus me laisse perplexe;
Oui oui on dit je vais au 104 cela fait plus chic parait-il!!
Je vais souvent sur le blog suivant,tu y trouveras des photos amusantes de l'époque des Pompes Funèbres.

http://pietondeparis.canalblog.com/archives/2008/01/11/7525416.html

Bonne fêtes de Pâques

Danielle a dit…

Je ne sais pas si le projet initial parlait d'insertion sociale, il me semble quand même qu'il avait affiché une vraie structure culturelle... Attendons de voir... les locaux extérieurs sont magnifiques.

je vais aller voir ce blog, merci Françoise.

Bon WE de Pâques...

Enitram a dit…

La maison des petits est une bonne idée ! Quand au manège carré, c'est bien original et ça tourne ?
A bientôt

Danielle a dit…

Oui Enitram ça tourne... Moi aussi je trouve que la maison des petits est une bonne idée... Il y avait du monde, enfants et parents...

Mais je crois que le lieu est à découvrir pour tout le monde.

Bises du soir.