mardi 14 décembre 2010

Mes dernières toiles (3)... L'Empire du milieu du sud.



Ayant lu rapidement une critique de ce documentaire dans Télérama, je me suis dit, c'est pour moi : des beaux paysages, l'histoire de l'Indochine, Jacques Perrin aux commandes, projeté dans un cinéma que j'aime, l'Arlequin, rue de Rennes, j'y vais...

J'aime bien le quartier, tout à côté des églises Saint-Sulpice et Saint-Germain-des-Prés, et puis pas loin non plus le théâtre du Vieux Colombier, j'en ai profité pour aller lui tirer le portrait, et puis après je vous ai raconté ma mésaventure... (l'argent perdu, voir post du 6 décembre).

Comme à chaque fois que je me promène dans Paris, je vois les commerces bouger, changer de main ou disparaitre... C'est la bougeotte de la grande ville.

J'aime bien arriver un peu à l'avance au cinéma, surtout à l'Arlequin, qui propose aux spectateurs un petit bar très joli, très coloré, où il fait bon patienter en lisant le programme.

Au théâtre c'est pareil, j'aime être là avant l'heure, pour savourer le plaisir du moment à venir, voir le décor, regarder les gens, ce temps-là fait partie de la représentation... Comme je suis une inconditionnelle du 1er rang, dans les salles à placement libre, je stationne près de la porte d'accès à la salle, pour être sûre de l'avoir, j'arrive donc impérativement plus tôt ! Tous mes amis le savent et tout le monde en rit.

J'ai donc eu mon petit temps d'avance au cinéma, y avait du monde pour ce film, mais pas au point de faire salle comble tout de même.

En fait, le documentaire retrace uniquement l'histoire du Vietnam, je pensais qu'on y verrait un peu le Cambodge où j'ai le projet d'aller faire un tour dans très peu de temps... Suite aux prochains numéros !

L'histoire coloniale, les guerres au Vietnam, envahi tour à tour par les Japonais, les Français, puis les Américains... Des documents uniquement historiques, des images d'archives exceptionnelles provenant du monde entier... Les morts, les douleurs, les pleurs, les espoirs d'un pays martyrisé... Les textes, en voix off, étaient constitués uniquement d'extraits littéraires vietnamiens, français et américains... D'une grande portée historique, et pleins d'émotion.

Finalement, devant l'intensité, l'intérêt, et l'émotion suscités par les images, j'oubliais très vite le Cambodge pour me concentrer sur le Vietnam.

Un beau document à voir, pour le souvenir, l'histoire, la beauté des paysages, dans la paix retrouvée...



6 commentaires:

autourdupuits a dit…

Je le gardais pour cette période de Noël pendant laquelle ma mère sera là.
Elle rentre du Vietnam,je pense que cela lui fera plaisir
Bonne journée

Danielle a dit…

Excellente idée Françoise... Ta maman y sera come un poisson dans l'eau, plutôt dans la douleur quand même que dans les paysages.

Bonne fin de journée dà toi.

Enitram a dit…

Mon fils me l'a conseillé, ton billet le confirme alors deux raisons pour aller le voir !
Bonne soirée Danielle

Danielle a dit…

Alors tu vois nous sommes au moins deux à te conseiller ce film :-)))

Bon film Enitram.

et bonne soirée aussi.

Felice a dit…

Bonjour Danielle,
Ton dernier message m'a rappelé ma toute première expérience dans l'enseignement : tu attendais le Cambodge, et l'on a presque essentiellement parlé du Vietnam... Au début des années 80, le Québec accueillait ses premiers «boat people» comme nous les appelions, de jeunes hommes qui étaient les seuls à avoir les forces suffisantes pour réussir à quitter le Kampuchea...Nous les rencontrions le samedi matin à l'école où j'avais été élève peu de temps auparavant. Nous avons toutefois rapidement appris qu'il ne fallait pas mettre ensemble Vietnamines et Cambodgiens, l'antagonisme entre les deux groupes étant beaucoup trop violent.
Ils ont, les uns et les autres, fondé des familles au Québec et il est toujours amusant de voir dans mes classes actuelles leurs enfants aux traits asiatiques affirmés s'exprimer avec un accent québécois beaucoup plus marqué que le mien!
Bonne fin de semaine!
P.S. Pour l'adresse de mon blog, tu cliques sur Felice et tu y arrives facilement...

Danielle a dit…

Chère Felice, comme ton anecdote est savoureuse !

Merci de raconter tout cela...

Etes-vous en vacances de Noël comme ici ?

Toi aussi passe une bonne semaine.