mardi 27 mai 2014

New York, New York ! Les boules Quies (8)


La petite flamme vue de Brooklyn

Nous avons débarqué à New York, via le yellow cab (taxi jaune) à la sortie de l'aéroport, nous avions la certitude que c'était le taxi qui conviendrait le mieux pour trouver rapidement notre hôtel dans Brooklyn... Bien nous en a pris, car effectivement le choix était judicieux, notre taxi fila tout droit, tout droit, tout droit, il tourna une seule fois et nous étions arrivées...

Nous avions remarqué tout de suite que le quartier dans lequel nous avions choisi notre hôtel n'était pas le plus sexy de New York, situé dans un environnement assez délabré, partout des signes de pauvreté, beaucoup de petites boutiques de nourriture, snacks, sandwicheries "indianomexicanoasiatique", où les préparations culinaires faisaient moins envie que les salades composées des salad-bar de Manhattan que nous fréquenterions plus tard.... Nous avions déjà une idée du positionnement de l'hôtel, près des voies de circulation, grâce à Google Earth. J'avais des craintes... Mais l'hôtel annoncé comme confortable à 2 minutes du métro, et pas trop cher, nous avait convaincues...

La chambre fut une belle surprise, bien propre, assez grande, très confortable, nous serions comme des coqs en pâte, le petit déjeuner le matin était compris dans le prix, la vie était belle... À nous la Big pomme !


Notre premier repas à Brooklyn

Pourtant fatiguées par le voyage et le décalage horaire, nous avions décidé de manger dans le quartier. Malgré les images des sandwichs, des soupes, et les numéros spéciaux, nous n'arrivions pas du tout à choisir, on ne comprenait rien, on sentait juste les odeurs, on distinguait les couleurs, mais nous ne connaissions rien des assemblages et des sauces, enfin bref, pour bien manger ici ce que nous voulions, il fallait parler anglais, et nous n'avions pas le temps d'apprendre sur le comptoir.

Nous avons donc laissé passer les quelques clients avant nous, personne ne nous bousculait, les dames qui servaient attendaient sagement que nous lancions la commande...

Rien à voir avec ça :




Les tentations de Manhattan à tous les coins de rues 

Nous nous sommes lancées sur une sorte de sandwich : moi à l'omelette, mon amie au jambon ou bacon, on ne savait pas, le truc sous le fer à repasser que vous voyez sur l'image c'est mon omelette, la dame a appuyé bien fort sur l’omelette préparée à l'avance (un peu congelée, il nous a semblé) avec la spatule en forme de  fer à repasser et hop ! L'a retournée d'un coup sec, pareil avec le pain rond, puis a mis des tomates fraîches de la salade, la sauce était sur le pain, je n'ai rien vu, pour mon amie elle a fait pareil mais avec le bacon ou jambon sorti aussi tout droit du congélo. Nous avons beaucoup ri en sortant du "resto", notre paquet à la main.

Nous avons dégusté le tout à la chambre, bien contentes de manger chaud, et c'était bon. En passant dans la rue d'à côté nous avions acheté des fruits sur un petit étal où ils se vendaient à la pièce, nous nous sommes tout de suite faites comprendre avec l'index...

Les fruits achetés dans cette rue-là :


Pas très engageante, mais active...



 Récupération de canettes en tous genres 


Dans notre chambre le bruit extérieur était très présent, les doubles-vitrages plus que légers ne servaient à rien, l'hôtel était cerné par les voitures qui passaient à vive allure, de temps en temps les vrombissements et les sirènes de pompiers ou de police se mêlaient au concert...

Devant nos fenêtres nous avions ceci :


Les bâtiments-fantômes devant nos fenêtres, le jour...



Et le soir tombant...

Presque abandonnés, un énorme bâtiment avec son frère jumeau derrière, vitres brisées, rideaux dépareillés aux fenêtres, sombre, une mine patibulaire, juste devant une petite ligne de chemin de fer où circulent de temps en temps des wagons de marchandises, jusque tard la nuit...

Alors ! J'ai fait connaissance avec les boules Quies pour la première fois de ma vie, je les avais achetées avant de partir : une jolie petite boite contenant des petits tampons multicolores, en mousse, qui réduisaient de 35 dB les bruits environnants.

Les petites boules rouges enfoncées assez profondément dans chaque oreille, je me suis trouvée au pays du silence, l'effet était sidérant, je n'entendais plus rien, à peine le bonsoir de mon amie qui avait mis les siennes quelques secondes avant moi...

Notre première nuit fut excellente, le décalage horaire nous réveilla très tôt, ça tombait bien, il fallait aller au culte à Harlem...


Notre chère station de métro, à quelques minutes à pieds de notre hôtel,  qui monte direct à Manhattan... 


Prochainement ici : New York, New York ! Roulez jeunesse (9)

6 commentaires:

norma c a dit…

Au moins, tu étais dans un New York authentique et tant pis pour l'esthétique de la vue...
Mais je n'aurais pas pu dormir, je ne supporte pas les boules Quiès, qui me plongent dans un silence artificiel, que je ne maîtrise pas, donc angoissant ; et comme je ne supporte pas non plus le bruit...
Cela me rappelle un voyage au Brésil, dans ma jeunesse, où j'avais passé ainsi de nombreuses nuits d'insomnie totale...
Je t'embrasse, Danielle, à bientôt pour la suite des "événements"...

Brigitte a dit…

La différence est flagrante avec les autres quartiers que tu avais visités auparavent !!!
J'aime beaucoup l'étal des fruits il est superbe et donne envie ...
Les bâtiments sont d'une tristesse son nom .
Les boules Quies , j'en utilise parfois mais je ne les supporte pas plus de 3-4 jours cela m'irrite les conduits auditifs et c'est désagréable.
A bontôt pour la suite de ton périple
Bises du soir

Marie Claude a dit…

Heureusement donc que les "petites boules rouges" te tenaient compagnie.
Mais bon l'hôtel était bien situé près du métro et puis le séjour n'était pas très long.
Les pâtisseries paraissent bien appétissantes et même le reste...
Bisous du matin

Danielle a dit…

Merci Norma de ta visite :-) Tu as entièrement raison, nous étions contentes d'être dans un quartier authentique même s'il était bruyant...

Heureusement j'ai très bien supporté les boules Quies à mon grand étonnement, mes nuits furent donc silencieuses durant tout le séjour !

Je comprends que tu ne puisses pas supporter les boules, comme beaucoup de personne, hélas les nuits de ton voyage au Brésil sans sommeil te restent gravées :-(

je te fais des grosses bises Norma.





Danielle a dit…

Oui Brigitte, notre quartier était plus déshérité que les autres...

J'ai bien pensé que ce bâtiment était un immense squat, je n'ai jamais su...

Toi aussi tu ne supportes pas trop les boules, heureusement que j'ai pu le faire :-))

à bientôt Brigitte pour les épisodes suivants...

Bises du jour, pluvieux.

Danielle a dit…

Marie-Claude, oui, j'avais les oreilles en couleur et un silence tout blanc !

Un vrai bonheur, l'hôtel était en effet tout près de notre chère station, un vrai bonheur aussi...

Peut-être aurais-je la joie d'y revenir lors d'un prochain séjour pour m'attarder d'avantage dans Brooklyn...

Quartier passionnant de New York...

Les pâtisseries appétissantes, nous avons essayé de ne pas en abuser :-)

Grosses bises à toi Marie-Claude.