dimanche 23 décembre 2012

La rue Montorgueil en long et en large, nuit et jour......


Quand je suis passée dans la rue il faisait jour, j'allais au cinéma voir le film Main dans la main, de Valérie Donzelli, avec Valérie Lemercier, je m'en réjouissais un peu, le sujet m'avait l'air léger, original, drôle, il faisait encore jour, la rue s'agitait, les lumières étaient déjà allumées partout, les gens se pressaient dans tous les sens. J'avais un peu de temps avant la séance, quelques photos par-ci par-là, tiens, je n'avais pas bien vu cette enseigne, et puis celle-là... Je me suis mise à regarder avec plus d'attention les petits détails de la rue...


Pavage en marbre de Carrare de la rue

Cette information je l'ai eue sur Internet, prise directement d'une note de la Direction de la voirie de la ville de Paris, les opérations de remise en état du pavage ont demandé quatre années de travail !


Le boucher


Les belles volailles

Le boucher avait allumé tous ses néons rouges, les volailles pendaient sur la barre à crochets, les clients affluaient, la boutique était belle comme un camion...


Le bel escargot en or...
La carte est alléchante, la terrasse accueillante, les gourmets ne vont pas tarder à retenir leur place... Ce restaurant fondé en 1932 s'appelait alors l'Escargot d'or, sa marquise de fer et de verre et son enseigne datent de 1900, en 1919 André Terrail (Fondateur de la Tour d'Argent) acquiert la maison... Il est classé par les monuments historiques. Des personnalités du monde des Arts, des Lettres et du Spectacle y sont venues : Sarah Bernhardt, Marcel Proust, Sacha Guitry, Georges Feydeau, Cécile Sorel, Charlie Chaplin, Mistinguett, Jean Cocteau, Picasso, Salvador... Aujourd'hui, sa grande spécialité reste le gastéropode dans tous ses états.


Petit mélange de styles, au coin de la rue


Enseigne d'un célèbre Cabaret du croissant d'or (1730), croissant de lune entouré de nuages 


Petit mystère de polichinelle... 

Ces petites mosaïques font florès dans la capitale et même ailleurs depuis quelques année maintenant, l'inconnu (Invader) colle ses couleurs à tous les coins de rues, ce qui fait que ça n'est presque plus une surprise quand on lève les yeux au ciel. Près de chez moi, j'avais observé qu'une petite mosaïque fraîchement posée avait été aussitôt volée... Elle a été très vite remplacée, maintenant je contrôle sa présence automatiquement quand je suis dans l'autobus qui passe juste en dessous...


Le pâtissier ici depuis 1730

Je n'ai jamais rien acheté chez lui, rien ne me tente vraiment, beaucoup trop d'ornements et de chichis ici, pour moi... Elle serait la plus vieille pâtisserie de Paris, il paraît même qu'on y inventa le baba au rhum.


La pharmacie

Rien acheté ici non plus, mes médicaments je les achète toujours chez mon pharmacien près de chez moi, il me conseille, il me sourit, il me connaît...


Encore un mystère dans la rue, ce dessus-de-porte du 18e siècle représentant des attributs de l'architecture...


Enseigne moderne

Où j'achète les fruits et quelque fois même les légumes dont j'ai envie en sortant du cinéma des Halles, tout y est beaucoup plus cher qu'ailleurs, mais je résiste difficilement aux fruits exotiques...


Fichier:Au rocher de Cancale Atget.jpg


 Le restaurant le Rocher de Cancale, Eugène Atget, 1907



Avant restauration, novembre 2010



Tout beau, tout pimpant après restauration, décembre 2012

Je ne sais si la restauration ressemble à l'original, mais la palette très tendre de la façade me fait beaucoup penser aux couleurs pastels du pâtissier Ladurée, dont la fondation et la décoration datent de la même époque...



Festival de couleurs qui m'ont enchantée

Rien à dire sur cette crêperie, sinon qu'elle m'a frappée par la beauté des couleurs qui se diffusaient sur la protection en plastique abritant la terrasse, j'ai adoré le mot "crêperie" enchâssé dans un néon rouge...


Le boucher Roger fondé en... 1962 ! Il commence à prendre de la bouteille...


L'enseigne coloniale (19e s.) d'un ancien marchand de café me rappelle celle que j'avais vue rue Mouffetard 



L'enseigne coloniale ( 19e s)  rue Mouffetard,, autre époque, autres valeurs que personne ne regrette aujourd'hui... 

Cette enseigne signalait une chocolaterie (18e s.) : Zamor, le serviteur noir, servait la riche Madame du Barry. Ces enseignes font partie du patrimoine parisien, ces deux enseignes sont classées au titre des Monuments Historiques, elles suscitent encore la controverse... Des associations ont demandé leur retrait auprès de Frédéric Mitterand, alors Ministre de la Culture, l'année dernière...


La belle vitrine de la fleuriste toute en douceur en finesse et en beauté, aucune fête ne peut se concevoir sans fleurs



Tout le long de la rue, les lumières de la ville


Les scintillements, les couleurs sont là pour les fêtes de fin d'année et donnent beaucoup de gaîté au paysage : voyez la foule...

File:Monet-montorgueil.JPG

Claude Monet (1878), La rue Montorgueil - Musée d'Oray



Me voilà en haut de la rue, le jour baisse...


Mais, me direz vous, et ce film "Main dans la main" ? Je l'ai presque déjà oublié, un tas de pétards mouillés, quelques petits plans surprenants et originaux, des dialogues émaillés d'une certaine poésie, cependant l'ennui était tel que j'ai bien cru que j'allais sortir avant la fin... J'ai attendu patiemment, intriguée par la fin, comme les enfants sages... J'ai trouvé que le film n'était pas réussi, trop de répétitions agaçantes, les acteurs n'ont pas relevé le défi...

Bonnes fêtes à tous, dans les lumières, les couleurs, la chaleur humaine, faites des voeux...

Je vous embrasse, à tout bientôt.


19 commentaires:

Robert M a dit…

Quel splendide reportage !
Voila une idée de promenade pour notre séjour à Paris de janvier .
Je me souviens d'un déjeuner à l'escargot il y a quelques lustres... que d'embellissements dans cette rue où j'ai failli acheter un studio dans les années 90... qui ne s'est pas fait en raison d'une grève SNCF, vu les prix actuels je devrais pouvoir voyager gratuit en dédommagement !

Estelle a dit…

Merci pour cette jolie promenade parisienne !
je vois que vous cultivez , comme moi , la philosophie du ' nez en l'air ' ! cela m'a valu quelques aventures cocasses ... surtout quand je suis avec l'appareil photo , du genre : les pieds dans quelques souvenirs laissés pas un chien , distrait , lui aussi ... ou une rencontre malencontreuse avec des passants , au mieux ; un arrêt de bus , au pire !!!
J'assume ! Le regard doit être curieux et empreint de poésie sinon : quel ennui !
Cela dit , vous êtes encore plus attentive et douée que moi pour la beauté des clichés .

Brigitte a dit…

Merci de cette belle visite,
En long en large et en travers
La nuit avec des lumières
A l'heure ou tout va trop vite
Tu nous laisses apprécier tranquillement.
J'aime cette période et toutes ces lumières qui scintillent un peu partout .
Je te souhaite également de belles fêtes parmi les tiens ,pleines de chaleur, douceur et rires partagés
Je t'embrasse

Danielle a dit…

Merci Robert, oui, voilà une belle promenade pour votre prochain séjour à Paris, sans compter qu'au bout de la rue il y a la belle église S. Eustache...

Alors-là oui, le studio des années 90 il ne faut plus y songer :-)))) Faisons une pétition pour la SNCF :-)))

Très bonnes fêtes Robert, bises du jour.

Danielle a dit…

Estelle, oui la philosophie du "nez en l'air" comporte des gros risques... Que nous osons prendre :-)))

Merci Estelle si vous aimez mes photos...

Belles belles fêtes de fin d'année et bises de maintenant.

Danielle a dit…

Brigitte, moi aussi j'aime beaucoup cette période de lumières et de scintillements, c'est tellement beau !

Moi aussi je t'embrasse fort en te souhaitant toutes les douceurs du monde auprès de ceux que tu aimes.



Michelaise a dit…

Une fort agréable façon de visiter la rue, de jour, de nuit, les commerces, les restaurations, tout cela est tellement vivant !

Danielle a dit…

Oui Michelise ça bouge tout le temps dans cette rue, les cafés et les restaurants sont pleins... La rue ne connaît pas la crise !!!

Bonnes fêtes à toi auprès de ceux que tu aimes.

Je t'embrasse fort.

Georg-Friedrich a dit…

Je n'avais pas vu la nouvelle façade du Rocher de Cancale! Ça fait tout bizarre de la retrouver sous ces couleurs tendres, quand on l'a toujours connue très grisonnante (mais non sans charme). C'est vrai que cette palette peut faire penser à Ladurée, mais Le Rocher de Cancale existe en fait depuis plus longtemps que Ladurée (fondée en 1862) : tous les personnages parisiens de Balzac, artistes bohème et étudiants sans le sou, s'y donnent rendez-vous! Bises et à très vite!!!

Danielle a dit…

Oui, oui, GF c'est vrai Le Rocher de Cancale existe depuis plus longtemps que Laduré, mais celui qui subsiste aujourd'hui, au 78, date de 1846 alors disons que pour la déco c'est peut-être Ladurée qui a copié sur le Rocher qui sait :-))))

Gros bisous et merci d'être passé...

Amélie a dit…

oh ! les belles fleurs !!!!!!!! je vous souhaite, Danielle, également de belles fêtes de fin d'année !

Danielle a dit…

Amélie :-)))))

Bonnes fêtes à vous, bises de fêtes...

Marie-Josée a dit…

Une revenante... qui pensait quand même à toi! Il faudra que je te raconte un jour comment un repas d'escargots m'a coûté une paire de lunettes!

Dis-moi, toutes ces enseignes, la rue Montorgueil et Saint-Eustache... tu es en plein dans MON quartier du «Ventre de Paris» et du baptême de Molière!!! D'ailleurs, si tu n'y vois pas d'inconvénients, je vais t'emprunter ton enseigne de la pharmacie avec le médecin en costume pour mon diaporama sur Molière. Je t'en donnerai le crédit, bien sûr.

Grosses bises refroidies : nous avons, aujourd'hui, la température de Paris, mais avec un moins devant!

Je te reviens pour les souhaits de fin d'année.

Danielle a dit…

Marie-Josée bienvenue ma revenante, bien sûr tu peux rapter mon Diafoirus, avec plaisir...J'ai même recherché la photo que j'avais faite de la maison natale de Molière mais je ne l'ai pas retrouvée :-(((( je vais la refaire :-)))))

J'attends avec impatience les escargots et les lunettes...

Marie-Josée moi je t'envoie les plus beaux vœux de fin d'année pour une belle année toute neuve pleine de santé et de bonnes choses... sans compter.

Je t'embrasse fort Marie-Josée.

Josette a dit…

une superbe promenade à défaut de film... des couleurs, du passé et de l'avenir... je regretterais les belles enseignent...si "on" doit les retirer pour les mettre au musée, elles font parties du patrimoine.
je n'habite plus paris depuis des lustres et j'aime revivre ces instants par blog interposés...
belle journée

Danielle a dit…

Josette, pas de panique, je crois que les enseignes ne vont pas quitter la rue de sitôt...

Merci d'être passée Josette et bonne fête de l'an nouveau...

Marie-Josée a dit…

Merci pour l'autorisation et pour l'éventuelle photo de la maison du sieur Jean-Baptiste Poquelin. Tu peux prendre ton temps, toutefois, car je ne redonne qu'en septembre prochain le cours consacré à Molière. Cet hiver, c'est le XXe siècle.

J'ai une petite liste de clichés que je ferai lorsque je viendrai de ton côté de la grande mare, mais en attendant, j'apprécie ton offre!!!

Bises

Danielle a dit…

Parfait Marie-Josée, promis, tu l'auras la photo du lieu de naissance du grand Molière, j'attends le soleil...

Garde bien ta liste au chaud :-)))

Grandes bises à toi qui demeure dans la glace...

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.