vendredi 5 août 2011

Venise 2011... Le signe.


  
Rio Barnaba, la maison n°2622, avec sa cheminée ancienne

Il faisait chaud, tout allait lentement, surtout moi qui avais mal au genou... Cette année chaque pas, il fallait le décider, le vouloir... Au début, ne plus y penser, et puis après, quand le chemin était lancé, rien ne pouvait m'arrêter.


 La chiesa Carmini, que je laissais derrière moi, le jour...


Et la presque nuit...
 

Ce matin, j'allais faire mes courses, toujours le même chemin, le plus court, derrière la chiesa Carmini, une petite rue fraîche, en dehors des circuits du  monde. Au premier pont, je vois deux gars, bien en chair, parlant fort, tatoués, bien de chez nous, d'ici, de Venise, vous allez savoir pourquoi.

Comme ces deux hommes parlaient haut, je les entendais de loin, j'étais mentalement prête à les observer, j'avais aussi entendu l'accent, et même si je ne comprends pas l'italien, je reconnais l'accent de Venise. Un peu plus rapide, plus coulé, plus ramassé. C'est comme ça que je l'entends.


Les gros poissons du rio

C'était au moment où je montais les marches du premier pont... Celui qui enjambe le rio de San Barnaba propre et limpide sous la lumière, où nagent de gros poissons, si gros qu'on pourrait presque les prendre pour des truites...


La belle lanterne sur le côté de la maison n°2622  et le fronton de l'église Raffaele

Ce rio est tellement beau qu'il se retrouve sur les jolies cartes postales de Mimmo Fabrizi, à commencer par cette maison au n° 2622 (voir la première photo du post) dont le portail penche légèrement : il est orné de deux belles petites colonnes en pierre d'Istrie, dont la blancheur resplendit sur le mur de briques rouges, une fine arabesque orne son fronton, un épais feuillage, bien vert, finit le décor, cette végétation me laisse penser que la porte ouvre sur un jardin, derrière on aperçoit un haut mur crénelé, de style Renaissance. Le second portail, construit également dans la brique, est bordé d'un fin liseré de marbre, il doit sans doute permettre l'accès à la demeure. Passé le jardin, sur le côté du mur qui borde la propriété, est accrochée une grosse lanterne de verre transparent qui éclaire, le soir, cette petite partie du monde. La grosse porte en bois vert qui donne sur la fondamenta est toujours fermée quand je passe, même plusieurs fois par jour (pourtant le dernier jour, j'ai vu une dame entrer et deux chiens qui l'accueillaient). Petit à petit le mystère se dissipe, mais il me faudra encore attendre combien d'années pour en savoir un peu plus ?


Avec du recul, les deux grandes tours de S. Raffaele apparaissent...

Derrière ce palais, en prenant suffisamment de recul, on peut apercevoir les deux grandes tours de l'église de l'ange Raffaele (ne vous inquiétez pas, je pense que vous devriez vous y retrouver avec les photos), cette église chère à mon cœur est d'une grande subtilité... Les œuvres d'art y sont nombreuses, notamment l'histoire du petit Tobie avec son gros poisson et son petit chien, peinte par Guardi, qui fait le tour de l'orgue. Et aussi des candélabres en bois dorés, accrochés sur le marbre blanc de l'autel de gauche, le dais à pompons tout en bois doré qui surplombe l'autel du chœur, ici, il ne faut pas avoir les yeux dans la poche, chaque détail compte en valeur artistique... La visite de la sacristie est indispensable, et pour un euro vous pouvez admirer des tenues liturgiques du 17e siècle, à l'air libre... Et quelques belles peintures... L'église étale sa majesté tout le long de la fondamenta, je ne peux jamais photographier toute la façade à la fois tellement elle est grande, et le recul possible si réduit. L'église est gratuite, on peut y entrer quand on veut, tout est calme et beauté.

La belle chiesa S. Raffaele 

J'ai renoncé à photographier ce petit coin de Barnaba, si riche, si beau, si paisible, la lumière n'est jamais dans le bon axe, le matin ou le soir il manque toujours un je ne sais quoi pour satisfaire mon goût... Mais pour illustrer mon post, j'ai laissé de côté mes hésitations et mis bout à bout les merveilles du lieu. Ce rio est un concentré des beautés de Venise... De jour comme de nuit.


L'autre palais renaissance de gauche, vu du pont

Sur le pont, on peut tourner la tête aux quatre point cardinaux, on ne rencontre jamais autre chose que des merveilles. Le pont de briques et de marbre, gracieux, et à sa droite (en montant) ce palais coiffé de verdure, à gauche un autre palais Renaissance avec balcon, terrasse, fenêtres gothiques, au loin ma gracieuse église de l'ange Raffaele avec ses deux tours, et pour finir, en redescendant le pont vers l'église Carmini (autre superbe église), il y a dans le coin, discrète, juste à l'angle de la maison rouge, une petite Vierge à l'enfant en terre cuite, datée de 1640, presque dissimulée dans une niche fermée par une belle grille ancienne, cadenassée.


La petite Vierge au coin du pont


 Enfermée à double tours et datée de 1640
Pour clore notre tour d'horizon, au bout du rio, le campanile de l'église du campo San Barnaba qui penche un peu vers la droite.


Le campanile penché de S. Barnaba

Près de cette église est accostée pour toujours une barque-boutique (barca) bourrée de fruits et légumes de la région (sauf les cerises qui venaient de Turquie !) Le jour, les touristes la mitraillent autant que la Basilique S. Marco. Depuis deux ans, il y aussi deux gondoliers qui hèlent les passants... Pour le tour en amoureux...



 La barca avec sa grande voile verte qui ombrage son jardin, et les deux gondoles

Bien, au fait, au fait, et l'histoire ? Le signe ?

Donc, j'arrivais au pont, près de la Vierge, et je vis un des deux grands gars sauter sur une jambe, une espèce de saute-mouton du pont, en s'appuyant sur le parapet avec sa main gauche pour aller avec sa main droite caresser le creux de la pierre, juste aux pieds de la Vierge, il porta ensuite son pouce à ses lèvres en se signant... Ce geste demanda quelques secondes, il redescendit lestement auprès de son compagnon, il n'avait interrompu ni sa conversation ni son allure... Il venait de caresser la pierre de la Vierge, faire le signe de la Croix comme des milliers de gens l'avaient peut-être fait en passant par-là, depuis 371 ans... En sautant sur une jambe...

Je ne sais quelle conversation se tricotait entre ces deux hommes, mais au bout du pont, il y eut assez de temps entre les mots, les phrases, les pensées de l'un deux, pour faire le signe qui m'avait tant impressionnée...

J'imaginais que tous les matins, il passait par là, sautait sur le pont, se mettait sous la protection de la Vierge pour commencer sa journée.

Je suis restée plusieurs jours à voir ce saute-mouton du pont dans ma tête, je m'imaginais avoir retrouvé un peu de cette Venise inondée de croyances quotidiennes... En voyant ce signe, tout simple, tout souple, tout naturel... Plein d'humanité.

8 commentaires:

3 sous un parapluie a dit…

Je voyage par ici, de bon matin depuis mon écran... j'aime !

Samantha

Danielle a dit…

Merci amie, il fait très beau aussi sous votre parapluie... Mais vraiment beau...

A tout bientôt à vous.

Album vénitien a dit…

Il me semble que la Vierge a été restaurée et le mur repeint...c'est vrai que cela fait un moment que je ne suis plus passée à cet endroit précis...
Bon week-end..peut être ensoleillé pour toi!
Danielle

Enitram a dit…

Barnaba, Carmini... Je reconnais, mais c'est fou comme il me presse de retrouver tout ça avec mes occhi (mes yeux)!!!!

Je te suis, c'est tellement plaisant à chaque blog de retrouver Venise !
Bonne soirée !

Danielle a dit…

Oui Danielle peut-être bien restaurée... L'endroit est beau de toute façon :-)))

Bises à toi su doir

Danielle a dit…

Enitram, prends ton temps... Venise t'attend...

Merci d'être passée.

Bises du soir.

norma c a dit…

Merci pour ce billet qui illumine ma matinée, Danielle !
Venise comme je l'aime...
Redoutable tout de même en été, avec la chaleur...
Bon week-end à toi !
Norma

Danielle a dit…

merci Norma de ton Illumination :-))

Cette année en juillet, il faisait doux à Venise, de la pluie du ciel gris, une petite brise, j'ai du mettre un gilet... Quelle chance !!

Passe toi aussi un magnifique WE,

Bises du jour?