mercredi 13 octobre 2010

Venise ...Monteverdi, un grand moment de bonheur.


Venise... Août 2010.

J'avais noté le concert pour la fin de la 2e semaine de mon séjour : Vespri della Beata Virgine de Claudio Monteverdi, l'église San trovaso, juste à côté de chez moi, à 18h30, carrément l'idéal.
Tous les jours je passais devant l'affiche, en allant faire mes courses.

Impossible d'oublier.

Ce soir-là est arrivé, il pleuvait des cordes depuis la veille, j'avais sur la tête un grand parapluie zébré de couleurs, qui pouvait abriter une gondole entière. un peu encombrant, mais très efficace pour rester au sec.
Je suis arrivée presque une heure à l'avance, pensant qu'il y aurait du monde. En effet, il y avait déjà un bon petit groupe, ruisselant sous les parapluies et les imperméables transparents, serré autour de l'église, fermée encore, 3/4 d'heure avant le concert.

Attention, il fallu la jouer fine, impossible d'entrer par l'entrée principale, l'église était en travaux (je le savais) et je gagnais rapidement l'entrée de côté, bonne pioche, les deux battants s'ouvrirent presque aussitôt, je pus aller, presto, me mettre au premier rang, juste à côté du chef d'orchestre, divinement placée, la soirée commençait bien.


L'église se remplit dans le quart d'heure, bourrée de Français, le choeur et l'orchestre étaient de Cluny, des habitués de longues date semble-t-il : Cappela Cluniacensis, tous les copains, les parents, avaient fait voyage, ça faisait du monde.

Ça ne me gênait pas du tout d'attendre, au chaud, bien placée, entre deux Tintoret superbes (dans le choeur) je ne pouvais distinguer exactement les scènes, je voyais surtout les couleurs, les roses brillants et satinés, les bleus velours, les ombres profondes, les lumières poudrées qui se déposaient doucement sur le corps de l'enfant Jésus, rien n'était plus beau qu'un jaune d'or à portée d'un bleu lumineux, les rutilances du Tintoret, je les reconnais du premier coup d'oeil. Je distinguais aussi les rois Mages, ça restait à vérifier, et ça pouvait attendre demain.


Le chef, Monsieur Jean-Louis Rebut, présenta l'organiste de Saint Marc : Roberto Miccioni, qui jouait ce soir dans les Vêpres, en nous précisant que Monteverdi avait terminé sa carrière comme organiste, bien appointé, à la Basilique Saint Marc.

Le choeur, les solistes, les musiciens, firent de la belle musique, ça sonnait magnifiquement, malgré les instruments modernes...Le chef tapait du pied sur le beau tapis rouge, remuait bras et jambes,son visage très expressif, vivait chaque instant, sa direction était tonique, enthousiaste et précise, il dirigeait avec énergie, il avait fait basculer la grosse croix en argent qui pendait à son cou, sur le côté, dans sa poche de chemise, tout vibrait brillantissimement.

L'oeuvre de Monteverdi était sublime, elle fusait de partout, des choeurs d'hommes, de femmes, des fugues, des quintêtes, des duos tant masculins que féminins, des voix d'anges (un groupe de jeunes adolescents) les solistes, bien sûr l'orchestre, toutes les voix et les instruments donnaient à cette musique une dimension exceptionnelle, quelle beauté, quelle complexité, quelle audace, quelle modernité...

Mes yeux allaient du Tintoret, au chef, aux choristes, a l'orchestreux, c'était une grande merveille, mes oreilles n'étaient pas assez grandes pour tout percevoir, mon corps était trop petit pour contenir mes émotions, Monteverdi faisait encore pleurer de bonheur. J'étais là, j'avais bien choisi.

Les applaudissements furent chaleureux, le public était debout, bouleversé... Le chef nous fit cadeau d'un bis,en éparpillant le choeur dans l'église : les femmes d'un côté, les hommes de l'autres, les solistes en haut avec l'organiste, l'orchestre joua debout, ainsi dit le chef, l'Orient est entré en Occident à venise, alors se produisit une allégresse, un effet stéréophonique d'une très grande puissance, la simplicité, la joie de "jouer et de partager la musique" fut immédiat, l'église toute entière retint son souffle, tous les anges musiciens des peintures nous accompagnaient !!

Le chef nous invita tous à venir les écouter, le lendemain dimanche, à la Basilique Saint Marc.

En sortant, il faisait nuit, éclairs et pluie griffaient le paysage... Je ne sentait rien de froid ou d'humide, les flaques d'eau étaient comme du sable chaud à mes pieds.

9 commentaires:

AnnaLivia a dit…

Quelle chance! Comme j'aurais aimé entendre et voir cela! Merci pour ce beau récit.
J'ai hâte de lire la suite.
à bientôt

Danielle a dit…

Merci AnnaLivia pour ton enthousiasme, le mien a été à la hauteur de ce concert exceptionnel.

Le lendemain (15 août) ils devaient se produire à la Basilique, mais les autorités religieuses non pas permis qu'on entende les Vêpres, la messe était très longue, elle fut musicale, mais pas Monteverdienne hélas !

Cela m'a quand même permis de demeurer 2h dans l'or des mosaïques. La croix byzantine de la grande nef, clignotait de toutes les petites bougies allumées, un effet magnifique.

Passe une très bonne journée AnnaLivia.

autourdupuits a dit…

J'en ai des frissons et les larmes aux yeux.
J'étais tout à côté de toi durant tout le concert,toute petite,toute calme,j'ai vu, écouté,comme si j'y étais.
Que ce devait être beau dans cette église que j'aime tant,toute proche de la fabrique du Squero
Et Monteverdi,le rêve tout simplement
Merci Danielle

autourdupuits a dit…

Je n'avais pas lu ta réponse à AnnaLivia,oh quel dommage que n'aies pu entrendre les Vêpres avec celles d'un Confesseur de Mozart ce sont mes préférées

Danielle a dit…

Oui, Françoise,les Vêpres à la Basilique ça sera pour une autre fois, mais déjà, les avoir entendues à San Trovaso ça été formidable pour moi.

Biens sûr je me réjouissais de les ré-entendre à la Basilique :)))

Merci Françoise d'avoir été à côté de moi pour le concert :)))

A bientôt.

Les Idées Heureuses a dit…

Un bien joli commentaire qui montre votre enthousiasme... il est des moments ainsi que l'on peut croire sacrés!

Danielle a dit…

C'est vrai, les Idées heureuses, j'étais heureuse de me trouver là, plus rien ne comptait d'autre que la musique et tout ce qui m'entourait. Un moment unique.

Merci d'être passée, passe un bon dimanche.

Enitram a dit…

Comme un rêve, c'est comme cela que j'ai vécu les trois concerts que nous avons écoutés lors de notre séjour! Cette ville est-elle si magique?????
Alors les vêpres de Monteverdi....
A bientôt

Danielle a dit…

Enitram, si vos concerts d'opéra étaient un rêve, alors tant mieux... Bravo pour vos choix.

Moi aussi j'ai eu la chance d'écouter un très beau concert, mais hélas ils ne sont pas tous de cette qualité à Venise...

Il faut vraiment bien choisir... Du pire au meilleur, comme partout :)))

A très bientôt.