mardi 14 septembre 2010

Le buisson ailé...


Montée sur mon vélo, je revenais de la ville, j'avais repris la petite route qui zigzaguait entre les jardins fleuris, colorés, parfumés, et les champs, encore gros des dernières bottes de paille...


Certaines reposaient mollement au pied des noyers, derniers rescapés du remembrement.

Le ciel se partageait, au gré du vent, entre le bleu et le gris, laissant espérer un bel après midi. La vie passe comme un éclair, profitons du moindre rayon de soleil.

J'avais dans mon panier d'osier, bien arrimé, à l'arrière de ma petite reine, un paquet précieux qu'il ne fallait pas trop bousculer : deux magnifiques Paris-Brest, qui reposaient bien à plat dans leur carton pâtissier.

C'était dimanche, et le dimanche c'est le jour des gâteaux ! Je ne sais pas pour vous ?

J'avais aussi un poireau qui dépassait de la sacoche, un poivron qui faisait une bosse rouge, bien brillante. Dans mon sac à dos : mon mini ordinateur, à la recherche d'une connexion non sécurisée, libre comme le vent, je l'ai trouvée devant la médiathèque, fermée le jour du Seigneur.

J'ai pu pianoter sur mon mini clavier, bien stabilisée sur le panier à gâteaux, à l'arrière du vélo.... Tout va bien, il fait beau, je vous embrasse bien fort, à demain, la médiathèque sera ouverte, ça sera plus pratique, pour vous raconter le silence, la beauté, les gens et la vie d'ici...

Au village il y avait du monde, une file d'attente à la boulangerie, où rien n'est bon hormis les gâteaux, chacun ressortait avec les vilaines baguettes sous le bras, le paquet de gâteaux avec sa ficelle, délicatement accroché sur un doigt.

Sur la place du marché, exclusivement tapissée l'herbe, le camion du charcutier proposait ses merveilles, le marchand de fromages de chèvres attendait le chaland, à côté de sa petite remorque transparente.

Il ne faisait pas trop chaud, mes Paris-Brest pouvaient attendre un brin, la promenade du retour prenait des allures d'aventure...

Je pédalais en regardant l'horizon, un peu à droite un peu à gauche, toutes les touches de vert qui défilaient portaient des noms différents : herbe fraîche, noisetiers, chênes, haies, prairies, noyers, châtaigniers, figuiers... Seuls crânaient les jardins, avec toute la palette du peintre.

La pente était douce, j'avais le temps de me faire mes petits répertoires de beautés...

Les belles fermes du Berry défilaient derrière les portails, envahis de glycines encore pleines de fleurs. La plupart sont reconverties en maisons d'habitations, celles qui restent en plan, sans propriétaire, laissent encore facilement imaginer la vie de la ferme : la grange bourrée de paille, avec son grand portail en planches, l'étable, assez vaste pour plusieurs vaches, dans les petits appentis à toits pentus, aux belles tuiles plates, rouges, en terre cuite, il y avait la place là pour le cochon, ici pour les poules...

Le puits du jardin, de la cour, est toujours prêt à faire couler l'eau dans le seau... Le four extérieur, en pierres, qui cuisait le pain, attend la braise qui pourrait refaire gonfler sans problème les miches de pain et les tourtes craquantes.

Il n'y avait pas le moindre vent, juste l'air ondoyant qui m'arrivait, doux, câlin, caressant. De tous côtés la campagne, les beaux arbres, grands comme des monuments, quelques vaches qui bougeaient lentement dans les champs, voilà la circulation de par ici...

Encore un petit tour de pédale et me voilà tout près de la vraie ferme, à peu près la seule qui reste dans le coin, plus de quarante vaches à lait qui mangent avec appétit le foin, le grain et je ne sais plus quoi.

L'odeur est forte à cause de l'ensilage, la boîte de conserve du foin coupé pour l'hiver. Il paraît qu'elles en raffolent.

Un peu plus loin, dans la haie, dans le fouillis des ronces, un noisetier haut comme trois pommes est devenu en un clin d'œil un buisson très agité, le léger bruit qu'a fait mon vélo, en passant sur les gravillons du chemin, a fait fuir de leur fil électrique des dizaines d'hirondelles, qui n'avaient pas encore décidé de partir vers des contrées plus chaudes.

Elles se sont abattues la tête la première dans le feuillage du petit noisetier qui s'est mis à battre des ailes et chanter à tue tête..

J'ai arrêté mon vélo, mis pied à terre pour assister au concert, pas de chef d'orchestre, pas de rideau rouge, que des premiers rangs, rien que le tout petit vent et les oiseaux, l'enchantement de la représentation dure encore, j'en profite pour vous le raconter... Tel que !

17 commentaires:

Artemisia a dit…

Jolie petite ballade ! Bonne continuation !

norma c a dit…

Tout un art de vivre, ta balade, en tout cas quelque chose qui s'apparente au bonheur...
Un billet qui fait du bien, après une journée de travail un peu grise.
Merci Danielle !
Norma

Chic a dit…

J'adore celle avec le vélo ! Bise

CLAIRE....... a dit…

et
les 'PARIS BREST',
ils étaient a la hauteur ?
BELLE JOURNEE A TOI, biz

Danielle a dit…

Artemisia, merci, je continue à pédaler...

Bises du jour.

Norma, je suis contente d'avoir contribué à mettre un peu de couleur dans ta fin de journée.

Bon WE à bientôt.

Chic, chouette, moi aussi j'aime celle-là, merci d'avoir jeté un oeil sur mes photos.

Bises à toi.

Claire, je peux te dire que les Paris-Brest étaient délicieux, même un peu trop gros :)))

Passe une bonne journée, à tout bientôt.

Danielle a dit…

Artemisia, merci, je continue à pédaler...

Bises du jour.

Norma, je suis contente d'avoir contribué à mettre un peu de couleur dans ta fin de journée.

Bon WE à bientôt.

Chic, chouette, moi aussi j'aime celle-là, merci d'avoir jeté un oeil sur mes photos.

Bises à toi.

Claire, je peux te dire que les Paris-Brest étaient délicieux, même un peu trop gros :)))

Passe une bonne journée, à tout bientôt.

VenetiaMicio a dit…

Je suis comme Chic j'aime la photo avec la bicyclette et la vieille ferme. Un petit coin où il fait bon s'arrêter...je crois bien que j'aurais manger un des deux Paris-Brest, ne pouvant résister ce gâteau !
bise
Danielle

Danielle a dit…

Chère Danielle, bientôt dimanche !!!

Je vais reprendre un Paris-Brest.

Ici tout est beau !

Merci d'être passée par-là à très bientôt.
Bises du jour.

beatrice De a dit…

C'est dans une vieille grange qu'est installé mon atelier de décoration. La ferme d'en face, est *convertie* en espace à vivre de luxe.
C'est dans une ancienne grange transformée en galerie, que j'expose mes colliers... dans l' ancienne étable. les petites niches font des *vitrines* de présentation idéales.
La campagne donne vie à plusieurs de mes activités.

beatrice De a dit…

Racontez les gâteaux * Paris-Brest* que je ne connais pas. Une question pour un champion ! En souvenir du Paris-Brest cycliste ? Il passe dans votre région ?

beatrice De a dit…

Racontez les gâteaux * Paris-Brest* que je ne connais pas. Une question pour un champion ! En souvenir du Paris-Brest cycliste ? Il passe dans votre région ?

beatrice De a dit…

J'adore les vaches ! Quand elles sont dans le pré en haut de mon atelier, je vais leurs dire bonjour.
Le fermier me regarde de loin, il ne connaîtra pas les secrets.
Au* Comptoir Suisse*, je vais leurs dire bonjour. Mais comme d'une année à l'autre ce ne sont jamais les mêmes, je ne peux pas m'attendre à ce qu'elles me reconnaissent !

AnnaLivia a dit…

Quel endroit magnifique! Tes photos sont vraiment très belles. Ça donne le goût d'y aller!
à bientôt!

Danielle a dit…

Béatrice, je ne connais pas du tout l'origine du Paris-Brest, moi je connais juste sa pâte à choux, sa crème au beurre, un régal !!!

Quelle chance tu as de voir les vaches de ton atelier...

Comme toi j'adore les vaches... Je peux rester des heures à les regarder...

A bientôt Béatrice.

Danielle a dit…

AnnaLivia, oui, l'endroit est très beau,tout simple, tout tranquille, très accueillant... Avec silence !!!

Merci AnnaLivia de ta visite.

A bientôt de t'y voir.

Enitram a dit…

Quelle est belle ta campagne, le Berry? La mienne se trouve en Basse Normandie et quelque part elles se ressemblent...
Tu ne serais pas une parente (d'un temps longtemps) d'une certaine dame de Nohant tellement ton écriture lui fait échos?
Je lis tes billets depuis un moment sans laisser de commentaires et pourtant...
Ton blog est une belle histoire, une histoire de la vie, ah oui, l'histoire de ta vie!
Chez nous aussi le dimanche le Paris-Brest est fort bien accueilli!!
A bientôt

Danielle a dit…

Enitram, merci 1000 fois pour tous tes mots, tes virgules et tes points, qui me touchent énormément.

Bien sûr Enitram, oui mon blog est la vie, ma vie, par petits bouts, je suis ravie que cela se perçoive.

je suis heureuse s'il te rencontre avec émotion.

Merci et à tout bientôt.