mercredi 9 juin 2010

Les rois du balcon... 1ère partie !























Philippe Ramette Balcon 2

Il y a quelques années, j’ai rencontré les photos de Philippe Ramette (de son vrai nom Philippe, Louis Basnier, "Ramette" faisant linguistiquement référence au papier), né en 1961 à Auxerre dans l'Yonne (France), est un artiste plasticien français. Il vit et travaille à Paris...
Coup de foudre immédiat !

C’est lui qu’on voit sur toutes les photos, en costume sombre, très élégant. Ce monsieur invente des postures, des mises en scène, des acrobaties, des aménagements savants, pour prendre des photos totalement insolites, du surréalisme grandeur nature. Dans des paysages urbains.

Ses photographies ne subissent aucune retouche ou montage. Des fenêtres ouvertes sur des horizons inédits, des histoires à imaginer, des histoires renversantes. De ses perchoirs inventés de toutes pièces, il nous invite à regarder le monde dans tous les sens.






















Philippe Ramette Paris en couleur

Je n’ai pas pu voir le documentaire sur l’œuvre de Ramette, qui s’annonçait prometteur, sur une chaîne télévisée que je n’ai pas, de Guillaume Allaire (2010, 52mn). J’enrrrage !!!

Et puis, chemin faisant, j’ai pensé à tous ces balcons, ces fenêtres qui ont inspiré tant de peintres… Tous ces regards sur le monde, je les avais en tête… Le balcon de Ramette m’a fait immédiatement pensé au balcon de Manet, sans doute à cause de l’écho que provoquait en moi les couleurs : le vert très présent et le noir, le thème du balcon, ainsi que les regards figés des personnages. Edouard Manet (je ne le savais pas) s'était lui-même inspiré d'un tableau de Goya (Majas au balcon) Où l'on voit quatre personnages dont deux femmes à la fenêtre.






















Edouard Manet ( 1832-1883) Balcon (1868) Musée d'Orsay

Puis toutes les autres fenêtres sont venues, comme il y avait un peu trop de monde aux balcons, j’en ai classé tous les auteurs par ordre chronologique et j’ai trouvé une certaine logique, ils ont tous essayé d’ouvrir les espaces, d’inscrire le tableau dans le tableau, cet univers à double plans, intérieur-extérieur qui magnifie le passage de la lumière.
Ces fenêtres-boîtes-à-rêves, qui renouvellent sans cesse les nôtres, racontent des histoires... Et nous surprennent.



















Pinturicchio (1454-1513) le retour d'Ulysse (1509) The National Gallery.

Ulysse revient par la fenêtre, son bâteau est posé sur la mer... La fenêtre nous parle de son retour, l'histoire fonctionne toute seule, dedans et dehors.






















Vermeer Johannes (1632-1675) La liseuse à fenêtre (1757-1759) Dresde

La fenêtre est un écran de lumière, de silence, nous y voyons le reflet du visage de la jeune femme, l'enchantement de Vermeer a lieu devant nos yeux.























Pierre Bonnard (1867-1947) Devant la fenêtre (1923) Lyon

La fenêtre cadre notre regard vers l'extérieur, nous entendons presque les voix.

A suivre...2e partie...

11 commentaires:

norma c a dit…

Un autre regard, effectivement...
Cela me fait penser à certaines figures géométriques où l'on ne voit rien si on ne change pas son regard...
Remarque, c'est vrai aussi pour la vie, non ?

Danielle a dit…

Absolument Norma, je suis d'accord, les regards croisés, transversaux, nous aident à mieux comprendre, à mieux voir, à mieux aimer...On en voit de toutes les couleurs, c'est tellement enrichissant pour notre palette intérieure :)))

Bonnejournée.

Miss Lemon a dit…

Je pense aussi au travail de Matisse, être à l'intérieur et donner à voir ce qui se passe ailleurs, ou seulement ouvrir la fenêtre pour imaginer,rêver.
Votre sujet me ravit Danielle, je ne pensais pas que le point de départ, Ramette,nous transporte ainsi dans l'histoire de la peinture.
Voilà le plaisir de ces blogues, ces regards croisés dont vous parlez.
Merci et vivement la suite !
Bonne journée.

Danielle a dit…

Merci Miss...J'ai pensé à Matisse aussi, pour la suite...

Les regards sont comme les paroles...en libres associations...

C'est vrai le plaisir des blogues est illimité.

Bonne journée à vous.

VenetiaMicio a dit…

Comme Miss Lemon, j'aime l'idée d'un regard intérieur vers l'extérieur ou tout simplement comme dans le tableau de Vermeer, le reflet de l'extérieur que l'on découvre sur le miroir d'une vitre à l'intérieur !

Danielle a dit…

Merci Danielle pour votre point de vue...

Moi aussi je trouve que le thème de la fenêtre, toujours renouvelé, quand les peintres ont quelque chose à dire, qui va encore nous étonner, encore nous surprendre, encore nous toucher, c'est magnifique.

Philippe Ramette, m'a fait basculer dans toutes ces ouvertures, avec jubilation, ce grand photographe s'ajoute à la palette des impressions produites par les oeuvres sans hiérarchie.

A très bientôt

Danielle a dit…

Alba et Chic bienvenus sur mon blog, un grand plaisir à vous y voir...

A très bientôt, je l'espère.

Bonne soirée.

Anonyme a dit…

Chère Madame,merci du regard portésur mon travail.
Sachez simplement que Philippe Ramette est mon vrai nom .
Sincèrement.

Danielle a dit…

Cher monsieur Philippe Ramette, je suis confuse, et je vous prie de bien vouloir me pardonner, d'avoir colporté une mauvaise information au sujet de votre patronyme, prise sur (Wikipedia). Je suis cependant très très honorée de votre visite sur mon blog...

En effet monsieur, j'admire beaucoup votre travail et comme vous le voyez il est source pour moi de références qui ne vous déshonorent pas.

Je vous remercie infinement de votre intervention.

J'espère avoir la grande joie de voir et revoir vos oeuvres très vite.

Bien cordialement.

Anonyme a dit…

Bonjour, je suis le réalisateur du film Le monde de Ramette. Si vous êtes dans le coin à la rentrée nous organisons une projection avec l'artiste. Surement à Beaubourg. Nous attendons la disponibilité de la salle
A bientôt Guillaume Allaire
seashow@wanadoo.fr

Danielle a dit…

Merci Guillaume, je suis très enthousiaste de ces bonnes nouvelles, c'est un grand bonheur pour moi de pouvoir enfin visionner votre film.

Merci mille fois d'être passé sur mon blog pour me dire tout ça, donc, à très bientôt à Beaubourg.

Bonne journée