mercredi 23 juin 2010

L'abricotier de mon immeuble...

















L’abricotier de mon immeuble !

Décidément en relisant un à un mes billets vous allez savoir où j’habite, avec ma micro mémoire, je ne vois que les petites choses…Tout près de chez moi.

Au pied de mon immeuble, l’abricotier s’est mis à pointer son nez, grâce à un locataire qui a jeté son noyau par la fenêtre, un jour d’été… Donc on ne peut pas lui en vouloir. Les canettes de bière, les chiffons sales, ne poussent pas aussi bien.

Pour reconnaître un abricotier, ça prend quand même quelques années, au début on l’a pris pour une herbe folle, et puis petit à petit il a pris du corps, surtout du tronc et de l’esprit, avec les feuilles.

D’été en été, tout le monde était aux aguets, on savait, je ne sais par qui, que c’était un abricotier, il faut être rudement spécialisé pour trouver ça. Mais à bien réfléchir, c’est sans doute grâce à nos gardiens qui s’y connaissent si bien en jardin, en fleurs, et aussi en abricotier, qu’on a su très vite le nom de l’arbre, on profite pleinement de leur science.

Notre gardien avait déjà planté dans notre carré de rez-de-chaussée : un sapin de noël (qui pousse très bien malheureusement), et puis un buisson de feuilles qui sent très bon au Portugal, mais ici je n’ai jamais senti la moindre odeur, normalement il a des fleurs aussi, mais c’est sans doute réservé pour là-bas, près du soleil et de la mer…

Moi je laissais aller l’aventure, je n’y connaissais strictement rien en petit arbre fruitier qui pousse incognito, après, quand il devient grand c’est tout autre chose, comme tout le monde je reconnais les fruits. Je suis heureuse d’être dans la nature, si près du trottoir.























La première année nous avons tous su très vite que le petit arbre était fruitier, on le bichonnait du regard, on lui disait quasi bonjour, surtout moi. « Vous avez vu l’abricotier ça pousse rudement bien, bon climat, belle terre… Bientôt bonne récolte ».

Un jour, les feuilles se balançaient belles et grandes, un abricotier a toujours l’air décoiffé, quand il n’a pas une bonne coupe, on dirait qu’il vient de sortir du lit. C’est sympathique en même temps. Après, les fruits lui poussent sur les branches, alors-là, respect !

Moi je me dis, comment il va faire (l’abricotier) pour laisser développer ses fruits, à l’abri des mains, des bras, des jambes des yeux qui passent sur le trottoir, sous ses feuilles, ils vont bien s’en apercevoir qu’il porte ses fruits.

C’est le petit bonheur du jour, chaque fois que je descends l’escalier, que je vois les abricots roses, je me dis, encore un jour de gagné, comme une femme enceinte, qui a peur d’accoucher prématurément. C’est la course à l’échalote, si les fruits qui commencent sérieusement à grossir, grossissent de trop et trop vite, tout le monde va les voir, le risque de la cueillette anonyme et spontanée peut devenir un réel danger.


















Comme je voudrais voir la belle couleur orangé, passer du satin au velours, il faut gagner du temps, si on pouvait cacher les fruits sous les feuilles sans que rien ne dépasse pour attirer l’œil des rapteurs ?

Mais pour l’instant tout va bien, vous imaginez l’affaire, quelle chance, toutes les voitures qui montent ma rue en côte, qui passent en lâchant leurs gaz ne se doutent de rien, ne voit pas la merveille qui pousse sous mon numéro.

Aujourd’hui comme il y avait du soleil, un peu de vent, les fruits étaient tous à découvert, j’ai pris la photo !

Un peu plus tard, peut-être dans deux petites semaines, je sais que ma gardienne veillera au grain, elle sortira la nuit, ou le matin ? Sûrement très tôt le matin et ramassera un à un les précieux présents, elle fera attention, et avant que les voleurs ne s’en saisissent elle remplira un joli panier, qu’elle mettra à disposition des locataires. Chacun pourra goûter le nectar, saluer fièrement la belle ouvrage, nous aussi nous avons nos Bergeron juteux, quelle bonne nouvelle. Je suis sûre que cette année, à vue de nez, il y en aura plus d’un kilo, oui, nettement plus.

















Vivement la cueillette !

PS Aujourd'hui, j’ai vu deux voleuses se faufiler sous notre l'arbre, munies d’un bâton, pour le secouer comme un prunier, j’ai fait les gros yeux… Elles en ont pris que deux ou trois...

11 commentaires:

Danielle a dit…

Bienvenue Aldo dans mes histoires...

Bonne journée à bientôt.

CLAIRE....... a dit…

MERCI,
la gourmande que je suis n'en a pas perdue une miette,
j'espere que ces abricots seront aussi bons que beaux......
A BIENTOT,
vite,
c'est bientot midi, je file....BISES

VenetiaMicio a dit…

Oh les vilaines ! Le bâton aurait du se retourner contre elles !!!
Propriété privée, non mais !
Je te souhaite d'en déguster au moins un, surtout si c'est un Bergeron, et avec le regard et la belle histoire que tu viens de nous conter, il devra être savoureux et bien juteux...
Lorsque j'en ai beaucoup je fais toujours des confitures car ce sont les préférées de la maison.
Mais même ici, en ce moment, en Provence le prix du kilo est astronomique !
bonne journée
Danielle

Aldo a dit…

Merci ! Cette histoire d'abricots m'a mis en appétit. La semaine prochaine je passerai justement une partie de mes vacances au milieu des abricotiers... et ils sont pratiquement murs :o)

Album vénitien a dit…

Danielle, si j'étais vous, je monterais la garde!Une telle aubaine, en plein Paris, si je vous lis bien..c'est trop beau.

Danielle a dit…

Claire merci d'âtre passée en coup de vent...

Les abricots deviennent de plus en plus beau chaque jour...

Bonne fin de journée.

Danielle, oui, elle m'ont terriblement gacée ces deux-là...

Quand ils seront moins chers, faites de belles confitures...

A très bienôt.

Aldo, quel plaisir vous allez avoir avec ces fruits, je me souviens d'une balade que je faisais dans la Drôme, les poches bourrées d'abricot et un bout de fromage, quel délice.

Je vous souhaite autant de plaisir.

A très bientôt.

Danielle a dit…

Danielle, c'est vrai j'avais envie de monter la garde...

Une belle aubaine, pas en plein Paris mais tout à côté... Pas loin du métro.

Bonne fin de journée.

norma c a dit…

C'est très beau cette histoire d'abricotier en pleine ville, un rayon de soleil tombé là par hasard !
C'est sûr, j'aurais envie, moi aussi, de monter la garde !
A bientôt, pour l'épisode de la cueillette, peut-être...
Norma

Danielle a dit…

Norma, oui c'est beau, de mon balcon je vois tous ces fruits qui rougissent chaque jour, comme un miracle de la ville...

J'espère que pourrais voir la cueillette avant de partir en vacances.

Bonne soirée à toi et à tout bientôt.

autourdupuits a dit…

Quelle belle histoire,tu en as des cordes à ton arc tu sais nous faire rire mais aussi nous émouvoir.
J'ai moi aussi un abricotier dans mon jardin et Dieu que nous le bichonnons!
Nous aussi chaque année avec plus ou moins de chance nous obtenons des abricots délicieux.
Qui peuvent regarder sans pâlir ceux du sud
Bonne journée

Danielle a dit…

Merci beaucoup Françoise de me dire tout ça.

Les abricots commencent à se voir de jours en jours, ils sont énormes et vont attirer les convoitises... Forcément...

Je vous tiens au courant...

Passe une très belle journée ensoleillée.