samedi 29 mai 2010

Garder son coeur d'enfant ? Pas d'accord !















Moi, j’ai bien l’impression que je n’ai jamais eu ce cœur-là, disparu, pas vu pas pris ?

Je ne sais pas du tout ce que mon cœur pouvait être quand j’étais enfant, je n’avais pas de rêves extraordinaires, les plus immédiats étaient de réussir à l’école, d’avoir un goûter avec du pain et du chocolat, de ne pas me lever trop tôt le matin, et je n’avais du tout envie de faire ma toilette tous les jours, tous les jours c’est beaucoup trop…

Mon cœur d’enfant ? Mes rêves d’enfant ? Franchement, je ne me souviens de rien de passionnément enfantin. Si, peut-être un bel album des contes de Grimm « Blanche Neige et autres contes », merveilleusement illustrés, que je garde encore dans ma bibliothèque. Blanche neige était très belle, robe magnifique, cheveux sublimes, bouche framboise, elle était, de loin, la plus belle de la forêt.

Je n’ai jamais rêvé de devenir riche et célèbre par exemple (je ne sais pas pour vous ?). Je n’ai jamais rêvé d’avoir un métier merveilleux, je n’en avais aucune idée. J’aimais bien Noël, mais je ne me souviens d’aucun rêve de Noël.

Quand j’étais petite, je rêvais souvent (tiens !) que tout le monde m’aimait, donc forcément vous me direz, c’est peut-être ça un cœur d’enfant ?

Plus j’ai grandi, plus j’ai aimé de monde… La place dans mon cœur d’enfant était beaucoup plus petite… Plus j’ai vécu, et plus j’ai arrêté de rêver, ça ne sert à rien de rêver des rêves qui ne se réalisent jamais, tandis que les projets, les petits, les moyens, les grands, ils ont des chances de se concrétiser, ça dépend de la construction, avec fondations, sans fondations, ça tient debout selon la taille.

Bon, mais avec tout ça, garder son cœur d’enfant, ça veut dire quoi exactement ? Maintenant que j’ai un cœur de très grande, je rêve qu’il fera beau demain, que la journée sera forcément intéressante, que je vais découvrir plein de choses, rencontrer beaucoup de gens, parler de tout avec eux, des petits rêves de tous les jours.

Le cœur, les rêves d’enfant, ça passe peut-être par la case du Père Noël ? Va-t-il réaliser toutes mes envies ? Maintenant que je ne crois plus au Père Noël, j'ai énormément d’envies, et comme j’ai beaucoup de place dans mes journées ça tombe bien, je peux tout caser.

Finalement, si ça se trouve j’ai raté mon enfance alors ? Pas de cœur, pas de rêves d’enfant, il faut que je mette les bouchées doubles pour réaliser mes rêves.

6 commentaires:

norma c a dit…

Je trouve que l'enfance est extrêmement idéalisée dans nos sociétés, nombre d'entre nous en parlent comme d'un monde merveilleux...
Mon enfance n'a pas été ce monde merveilleux, je n'ai pas été malheureuse certes, mais je n'en ai pas le souvenir ébloui qu'en ont certains.

En revanche, j'ai beaucoup "rêvé ma vie dans mon coeur d'enfant", par exemple, je me voyais chanteuse de rock...
Il a donc fallu construire ce fameux "principe de réalité" et la psychologue que je suis devenue rêve encore ou, comme vous le dites si bien, fait TOUJOURS des projets qu'elle essaie de réaliser...

Un très bel article, Danielle, qui donne à réfléchir...

Norma

Danielle a dit…

Merci Norma de votre petit mot qui me touche, exactement au coeur. Entre nous, justement nous pouvons parler à coeurs ouverts, quelle chance.

Bon dimanche Norma, vraiment bon.

VenetiaMicio a dit…

Très beau billet Danielle, qui me demande un peu de réflexion en cette fin de journée, sans temps libre justement, j'y reviendrai un peu plus tard....car ce sujet me touche (au coeur) et mérite de faire un retour en arière !
bonne soirée.

Danielle a dit…

A bientôt donc VenetiaMicio, prenez votre temps, et revenez parler de ce qui vous touche (au coeur)

Merci et bonne soirée à vous.

Album vénitien a dit…

Danielle, j'ai lu votre très beau texte avec beaucoup d'attention et depuis il me tourne dans la tête m’amenant à une réflexion …"Un coeur d'enfant, c 'est quoi, un coeur d'enfant?Est-ce cette palpitation intime qui s'imprègne de tout ce qui nous touche et s’affole comme un oisillon quand le vent tourne à l’orage ? Et les rêves, c’est quoi les rêves ? Je n’ai pas le souvenir de m’être sentie transportée par des rêves de jeunesse. Par contre, j’ai le souvenir précis d’une application permanente : grandir, bien travailler à l’école, être sage, cacher mes chagrins ( ça c’était par orgueil J), ah, oui, un rêve, quand même, mais si vite effacé( par moi-même) du tableau et puis la vie et toujours cette application à bien faire…sans pour autant me sentir frustrée. J’avais choisi l’orientation de ma vie , il me restait à m’appliquer afin de me réaliser…ce que j’ai essayé de faire avec plus ou moins de succès. A présent qu’il n’y a plus personne derrière moi, que l’âge et les évènements ont suscité en moi, ces derniers mois , une notion d’urgence , il me semble que oui, je fais des projets, mais des projets qui ressemblent à des rêves.. et ces rêves là, j’ai bien l’intention, car je vais encore m’appliquer de les réaliser…parce que je les vaux bien…:-) !!

PS. Danielle, je crois que plus que des rêves , ce qui nous enrichit vraiment, c’est notre capacité, chaque jour revivifiée, à nous passionner!
Danielle

Danielle a dit…

merci 1000 fois, Album Vénitien, de votre contribution au coeur enfants ? c'est précieux, je garde...

Peut-être que les projets prennent la place des rêves, plus réalistes, plus passionnants ?

Je vous souhaite une très belle application à réaliser vos rêves/projets...de tous les jours...et aussi tous les autre, un peu plus loin. A bientôt de vous lire.